Les questions pertinentes

Quand on est enceinte, on entend souvent des questions su-per pertinentes. Je suis habituée à me faire dire que je suis donc pas grosse, de me faire demander si j’ai une minivan ou si le bébé était voulu (ma préférée, tsé, de quoi je me mêle). Mais, hier, j’ai eu un concentré de questions vraiment sensas.

– T’es rendue à combien de semaine là?

– 34

-Ah oui, la chambre du bébé doit être prête?

-Non

-Non?

-Non! Pas besoin, il dort avec nous.

-Ahhhhhhh. Mais, vous avez assez de chambres pour 4 enfants chez-vous?

-Non.

-Non?

-Non! Pas besoin, les 3 grands dorment dans le même lit.

-Ahhhhhhhh.

-C’est ben pour dire, hein.

-J’ai déjà connu quelqu’un qui avait des enfants qui dormaient dans la même chambre. Mais, pas dans le même lit par exemple.

-Hé ben! C’pas croyable, hein!

-Mais, là, euh, t’accouches où?

-Chez-nous?

-OÙ???

-Ben chez-nous là, dans ma maison!

-Ahhhhhhhhh! Eh ben.

-N’est-ce pas.

-Moi en tout cas, j’aurais pas pu, j’ai fait une hémorragie.

-C’pas drôle la vie.

-Pis là, euh, es-tu dilatée?

– QUOI??

-Ben es-tu dilatée, as-tu du travail de fait?

 

Ok, les gens, on demande pas à quelqu’un qu’on connait pas des affaires qui concernent le col de son utérus silvouplait. Merci.

Fin.

Advertisements

Le jour où j’ai découvert François Blais. Pas le député de Charlesbourg, l’autre.

Bon, je ne sais plus trop quoi faire de ce blog. Ça va dans toutes les directions ces temps-ci. Ça me tente de le ressusciter (full à propos pendant le week-end de Pâques), surtout qu’il faut que je me trouve quelque chose pour m’occuper. Tsé, je vais être seule à la maison avec Monsieur Bébé (j’vous avais dit que c’était un monsieur?) l’an prochain et si je ne me trouve rien pour me divertir, ben je vais devoir faire du  ménage. Donc, écrire sur mon blog pourrait être une façon de passer le temps de façon un tant soit peu constructive. Fait que j’essaye des affaires là. Je cherche des sujets de conversations. Aujourd’hui, je vais vous partager ma dernière découverte littéraire, tiens. J’aime ça moi quand les gens me partagent leurs coups de cœur en la matière, donc, je vais prêcher par l’exemple. J’ai lu plusieurs trucs intéressants dans les dernières semaines: La trilogie d’Éric Plamondon, Alain Farah, Madame Chose (le lecteur avisé aura remarqué que j’apprécie particulièrement les Éditions du Quartanier. J’ai d’ailleurs comme projet de congé de maternité de lire tous les livres qu’ils ont publiés. Ça et finir tous les tableaux de Candy Crush) et Annie Cloutier.

Mais, j’ai eu un vrai coup de foudre littéraire. Vrai de vrai. J’ai lu cet article dans le Devoir il y a quelques temps et j’ai été fort intriguée par le Monsieur Blais. Comme je travaille à l’étage littérature de la bibli de l’Université, pas compliqué de me procurer du stock, j’ai donc fais les quelques pas qui séparent mon bureau du rayon indiqué et j’ai décidé de commencer avec Iphigénie en Haute-Ville.

Iphigenie

Vous pouvez en lire un extrait ici, vous allez être assez vite fixé si c’est votre genre de truc ou pas. J’ai A-DO-RÉ. C’est léger, mais pas cave, tsé, la marge est mince des fois. Bon, en partant, j’aime lire des livres qui parlent de Québec, mais à part Jacques Poulin, y’en a pas tant. J’aime lire des descriptions d’endroits que je connais, surtout dans des mots que j’auraient pu utiliser pour les décrire. C’est ça qu’il y a avec François Blais: on pense pareil moé pis lui. Je le lis et je me revois dans mes années de folle jeunesse pendant lesquelles on allait s’acheter des 1,18l de WildCat à l’épicerie économique sur St-Joseph question de se starter pour pas cher avant de sortir dans des endroits parfois quelque peu douteux.

J’ai commencé hier la lecture de Nous autres, ça compte pas, extrait ici. Prometteur. Moi des phrases comme:

chie

ben ça me rejoint! Parce que, sérieux, jamais j’achèterais du papier cul quand le caissier de la pharmacie est cute. Moi non plus, j’aime pas ça avoir l’air d’une fille qui chie. Imagine tu payes 16 rouleaux, le gars va clairement penser que tu passes ton temps à chier. Enfin. Tout ça pour dire que François Blais est vraiment mon homme. La parenté avec Réjean Ducharme est assez évidente dans ce dernier bouquin. Je vais donc me clancher l’entièreté de la bibliographie de Mister Blais dans les jours à venir. Ben, je vais peut être finir ma session avant… encore un travail et un examen avant d’être en congé estival. Mais, après, je vais tout lire. Je me suis louée La nuit des morts-vivants, en plus de Nous autres ça compte pas pour la fin de semaine. J’attends Sam avec impatience, je suis 6e dans le line-up de réservation de la bibliothèque.

Donc, voilà. Lisez François Blais et manger du chocolat en masse pour célébrer Jésus ressuscité des morts, pis toute.

 

 

Testées pour vous: Pastilles à lave-vaisselle full fafa

J’ai entrepris dernièrement de limiter la quantité de déchets qu’on produit et de revoir un peu notre façon de consommer. Je pense qu’on est quand même pas pire, mais je pense aussi qu’on peut faire un petit effort supplémentaire quand je regarde ma poubelle et mon bac à recyclage. C’est ben beau recycler, mais c’est encore mieux de moins acheter de cartron, tsé! J’ai donc shaké ma paresseuse intérieure pour aller déneiger le top de mon composteur pour l’utiliser même l’hiver (c’est chic une femme enceinte qui s’enfonce dans la neige jusqu’à la taille avec son sciau de pelures de pétates en route vers son compost). Première étape accomplie avec succès. Yé! Un sac à poubelle de moins par semaine au moins.

Deuxième mission: l’abandon du kleenex. Ça faisait genre 5 ans que je me disais que je devrais donc utiliser des mouchoirs lavables, tsé, j’utilise des couches lavables pour mes enfants, laver de la petite morve à côté de ça, c’pas super énervant. Alors, un drap de flanelle inutilisé, une paire de ciseaux et 10 minutes de mon temps et me voilà avec un stock de mouchoirs. J’ai pas cousu les bords, parce que je sais même pas coudre un bouton, alors on oublie ça! Ça fait 3 semaines que je n’ai pas touché à un kleenex et mon nez est très heureux. Ça l’air de rien, mais on se mouche en estifi, on doit avoir au moins économisé 2 boites de kleenex! Les enfants sont super contents du changement, ils m’ont félicitée d’être aussi écologique, haha!

Ensuite, et c’est le but de ce message, je me suis lancée dans la recherche de produits ménagers à faire moi même, plus écolo, plus économique et générant moins de déchets. Je commence par le plus simple, parce que, je le rappelle, je suis paresseuse! Donc, j’ai testé ces pastilles pour lave-vaisselle: 4 ingrédients, 5 minutes préparation, on laisse sécher, pis c’est toute.

Ça prend donc 1 tasse de borax, 1 tasse de cristaux de soude (je prends les produits Lemieux), 1 tasse de vinaigre et 30 ml de jus de citron.

IMG_4060

1ere étape: Mélangez le borax et les cristaux de soude pour enlever les mottons.

IMG_4062

2e étape: Ajoutez le vinaigre et le jus de citron et brassez ben comme faut. Ça va faire de la broue. Pis brassez encore un peu quand vous pensez que vous avez assez brassé, parce que la poudre à tendance à jammer dans le fond.

IMG_4065

3e étape: Videz ça dans un contenant de votre choix, avec le bec verseur d’une tasse à mesurer ça va ben. J’utilise des mini moules à muffins, (ça en fait une trentaine) ça donne une bonne grosseur de pastilles qui rentre bien dans la slut à pastille de mon lave-vaisselle. Je vous conseille de brasser pendant le processus, parce que la poudre veut vraiment vraiment retourner dans le fond. Soyez sans pitié! Et redonner une petit shut de brassage avec un cure dent une fois tout le mélange dans les moules.

IMG_4066

4e étape: Laissez sécher jusqu’à ce que ce soit assez solide pour se démouler sans se défaire en mille morceaux. C’est long! Dans l’article, elle dit 1h, moi je laisse plus longtemps, 2-3h, la nuit au complet. Le dessus reste un peu mou, mais après le démoulage, on laisse sécher encore à l’air libre et ça finit par devenir dur, promis. La prochaine fois, je mettrai un peu moins de vinaigre, ça sera peut-être moins long à sécher.

Et voilà le résultat! Tadam!

IMG_4069

On utilise ça depuis un bon mois et rien à redire, sinon, que la vaisselle est un peu moins sèche quand le lave-vaisselle termine la sale besogne.

Donc, test concluant. Terminées les pastilles pour lave-vaisselle du magasin!

7 ans

Je me rappelle très bien quand j’ai écris sur mon blogue pour dire que j’étais enceinte, ça fait longtemps déjà. Je me rappelle aussi précisément de ma journée du 1er avril 2007. J’avais tellement peur d’accoucher le jour du Poisson d’Avril, fête que je déteste entre toutes les fêtes. Aujourd’hui, ma Cocotine, ma Minja-Ture-plus-belle-que-toutes-les-ordures à 7 ans. SEPT. Cocotine, l’enfant qui a braillé 22h/24 pendant les cinq premiers mois de sa vie, me permettant de recevoir tous les commentaires/conseils tous plus avisés les uns que les autres des matantes et petites madames de ce monde au sujet de soit disant coliques et autres imbécillités. Dans les faits, elle était juste en crisse. Croyez ce que vous voulez, c’était ça pareil. J’ai toujours eu l’impression que sa tête allait trop vite pour son corps, trop de vouloir, pas assez de pouvoir. Le jour où elle a enfin pogné la twist de ramper, elle a changé du tout au tout, elle pouvait enfin faire quelque chose de sa mini carcasse. Sa tête va encore trop vite pour le reste parfois, mais elle est aujourd’hui une fillette heureuse et magnifique qui a pogné la combinaison gagnante à la loterie de la génétique: toutes nos qualités (ma beauté et mon intelligence, haha, combinée à la ténacité et l’efficacité de son père), mais aucun de nos défauts.

Bonne fête incroyable jeune fille.

Image

Décompte

Dans 4 semaines, je finis ma session…

Dans 6 semaines, je finis de travailler, Wimblu finit la garderie, les grands arrêtent le service de garde, donc plus de boite à lunch à faire: alléluia!

Dans 10 semaine, j’accouche…

Dans 12 semaines, les enfants finissent l’école.

Ça va passer vite tout ça 🙂

L’effrontée

Des fois, je suis un peu effrontée.

L’autre jour, je suis allée en ville, je voulais m’acheter quelque chose. Je me dirige donc vers le centre Lucien-Borne pour me stationner. J’ai pas le droit de me stationner là, mais comme je n’ai pas vraiment de problème à vivre dans l’illégalité, je me stationne toujours là quand je vais en ville. Chercher un parking en ville = l’horreur, payer un parking en ville = contre les principes! J’entre donc dans l’aire de stationnement et je vois une voiture de la ville et un petit monsieur qui distribue allégement des tickets. Que faire? Essayons donc l’effronterie. Je me stationne juste devant le petit monsieur, je sors de ma voiture, je lui dis un beau bonjour agrémenté de mon sourire le plus charmeur, je rentre au Centre Lucien-Borne par une porte pour simuler ma fréquentation de l’établissement, je sors par l’autre porte, je vais acheter mon truc et je reviens à ma voiture.

TOUS les chars du parking ont un ticket… sauf moi!

Haha!

Être effrontée, c’est payant! Prenez des notes les enfants.

Chantal Archambault, Jocelyne Robert: même affaire!

En attendant, on va boire à crédit/Pis faire l’amour comme c’est pas permis              -Chantal Archambault.

–  Mamaaaaaaaan, ça veut dire quoi « Faire l’amour comme c’est pas permis? »

Câlisse.

Moi, là, j’hais ça les choses de la vie. Moi, là, je trouve que les choux pis les cigognes sont des réponses tout à fait acceptables aux questions des enfants. Moi, là, j’ai déjà dit à mes enfants que lorsque Bernard Adamus chante :

Pendant qu’tit Jésus s’taillait les veines/Mandela suçait sa graine

il parlait de graine de citrouille. Tsé, ça croit n’importe quoi des enfants. Sauf HardCore Wimblu qui a émis l’hypothèse qu’il parlait peut-être de graine-pénis (WTF comprendre ça à 4 ans). Hypothèse que j’ai aussitôt démolie en 1000 morceaux avec un argumentaire super sensas se terminant par CQFD pis toute, après quoi j’ai savamment changé de sujet.

Fait que donc, faire l’amour comme c’est pas permis. Je suis rusée tsé, j’ai fait semblant de pas comprendre le début de la phrase, des fois que…

– C’est pas permis, c’est une expression qui veut dire beaucoup beaucoup.

Fiston : Ouin, mais faire l’amour, ça veut dire sexualité ça??

Moi : Euh, ouin, genre.

Fiston : C’EST BEN DEGEULASSE! Tu trouves pas ça dégueulasse toi la sexualité?

Moi : Euh… ben… non, pas tant…

Fiston : Ben là, toi pis papa, vous faites pas ça, hein?

Aaaaaasti!

Moi : Ben, oui, tsé, ça arrive là…

Fiston : J’ai honte!

Moi : Ben, tsé, je suis enceinte hein, alors…

Fiston : Ben vous pourriez juste vous frencher pis garder votre linge. Franchement.

Ok. Ici j’abandonne.

– Qui veut un autre morceau de pizzaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa?

J’hais ça les choses de la vie.

De la peau tout l’tour

Mademoiselle Wimblu est une dividue qui a visiblement beaucoup aimé son séjour in utero. Elle était ben avec de la peau tout l’tour d’elle. Sauf que, malheureusement, il y a 4 ½ ans elle a dû se rendre à l’évidence, y’avait pu de place là-dedans et le temps était venu d’affronter le monde. Fait que j’ai accouché. Mais, elle s’ennuyait de ça, elle, avoir de la peau tout l’tour, alors on s’est collées, pis collées, 24 h sur 24, parce que je me gâte moi, j’aime ça être collée sur une petite affaire douce et chaude. Je l’ai porté dans mon dos pendant des heures, des mois. Bien wrappée dans le mei tai, c’était comme avoir de la peau tout l’tour. Et on a dormi ensemble jusqu’à… tout récemment. À Noël, je commençais à être un peu tannée, chu grosse pis j’ai besoin de place. Fait que j’ai acheté une barbie Monster High, je l’ai mise su’a tévé et j’ai dit à Wimblu : « Je te la donne quand tu vas passer deux semaines sans venir te coucher avec moi ». C’pas du chantage, c’est du renforcement positif. Le dossier a été clos après deux semaines. Maintenant, elle dort dans le lit king avec les deux autres. Oui, oui, je sais, trois enfants dans le même lit. Venez pas me dire que ça prend une grande maison pour avoir une grande famille, ça prend juste UN grand lit. Vous imaginez ben que Wimblu dort au milieu pour avoir de la peau tout l’tour. Fiston a bien essayé de se négocier une place au milieu au moins un jour par semaine, mais c’est sans appel. C’est la place de Wimblu. Sauf que la susmentionnée Wimblu va à la garderie trois jours par semaine et qu’elle fait un esti de dodo d’après-midi de marde, ce qui fait que le soir, elle se couche en même temps que nous. Et quand elle monte se coucher, Fiston a profité de l’espace libre pour se coller sur Cocotine. Alors que fait Wimblu? Telle une serpent, elle rampe entre les deux pour se faire une place, ils sont tellement collés qu’on pourrait ranger une autre famille à côté de Babe! La nuit passée, ce qui devait arriver, arriva, tout le monde trop collé, Cocotine tombe en bas du lit. Elle s’en est pas rendu compte… elle dort un peu dur et est somnambule. Il se passe plein d’affaires dans sa vie, la nuit. Mais mon chum a décidé d’ôter Wimblu du milieu pour faire de la place et de la mettre l’autre bord de Fiston. LA CRISE. C’est quoi là, pas avoir le droit à sa dose de peau tout l’tour en plein milieu de la nuit.

Fait que je me suis couchée avec.

Image

Démangeaisons

La peau me pique. Toute la peau. Il fait frette et je fends de partout, c’est l’enfer! En plus, je suis grosse et toute étirée, ce qui n’aide en rien. Fait que je me mets de la crègne. C’est palpitant, hein? L’affaire, c’est qu’avec des enfants, pas moyen de garder sa vie privée privée, sont du genre à aller crier sur le balcon que t’es en train de chier. Genre. Donc, hier soir, je sors du bain, je me badigeonne allègrement de beurre corporel à l’huile de cacao, parce que j’aime ça sentir le gâteau, et là, le téléphone sonne. Wimblu-la-glue, ma standardiste préférée, se rue sur le téléphone:

« Allo. Ma mère s’est mis de la crème parce que ça lui pique et qu’elle dort mal parce que ça lui pique vraiiiiiiment trop. Mais, là, ça va piquer moins, parce qu’elle a mis de la crème »

SU-PER! Toute la ville va penser que j’ai des maladies honteuses maintenant.

2013, 2014, course à pied et autres considérations

2013

Petit bilan de mon année de course à pied: les mots « n’importe quoi » viennent en tête les 1ers quand on regarde les km parcourus par mois… assez inégal disons! Mars-Avril-Mai, gros mois en préparation de mon demi, une de mes 2 seules performances dignes de mention cette année, avec ma médaille de bronze dans ma catégorie au 5km de l’Éveil des Plaines en avril. Après, il y a eu une blessure au pied et une grossesse qui m’ont passablement ralentie. Pour être honnête, j’avais l’objectif secret de courir un marathon en septembre, pour mes 35 ans, mais j’ai du laisser tomber pour les raisons sus-mentionnées. Ce n’est que partie remise, avant mes 40 ans si mon corps veut bien. Je continue de courir avec Bébédaine, mais je trouve ça difficile présentement, avec la neige et la glace. Pas vraiment d’objectif pour 2014, sinon, courir le plus longtemps possible tout au long de ma grossesse, peut être faire un 5km en avril (J’ai une relation particulière avec l’Éveil des Plaines, on s’aime elle pis moé), au pire, j’y ferai du bénévolat, au mieux je ferai la course en finissant dernière, pas de trouble.

Image

2014

En 2014…

Ça fera 7 ans que je suis propriétaire d’une maison, d’un char et d’une Cocotine, 2007 avait été une grosse année;

Ça fera 10 ans que je suis tombée enceinte pour la 1ere fois et que j’ai cessé de fumer;

Ça fera 19 ans que je suis partie de chez mes parents et j’ai toujours pas de set de chambre, juste un matelas des années 60 sacré à terre et 2 commodes (des années, euh, 40, genre!) dépareillées;

En 2014…

Le dernier membre de notre famille va naître;

Va falloir s’acheter une Rondo pour caser tout ce beau monde;

Wimblu va commencer la maternelle.

Je vous en souhaite une bonne!