Le tataouinage et moi

Est-ce que je suis la seule personne a haïr le tataouinage? Esti que j’hais ça! Si j’ai besoin de m’acheter un toaster, je rentre chez Zellers et je ressors 5 minutes plus tard avec un toaster. J’ai pas besoin de me faire faire 12 soumissions. Mon exemple de toaster n’est pas fortuit, j’ai déjà magasiner des toaster avec un ami dans l’ancien temps et ça avait été tout un tataouinage. Je ne vous parle pas du tataouinage quand ce même ami a décidé de s’acheter une maison… Moi, je suis plus du genre: je veux m’acheter une maison, je visite une maison, si tout est ok, j’achète la maison. Pas besoin d’en visiter d’autre, celle-là, est correcte!!
Mon problème est le suivant: mon chum est un tataouineux. Mais un tataouineux qui ne s’assume pas. Présentement, on se magasine des nouvelles portes et fenêtres (tout à fait palpitant comme magasinage). Moi, je croyais naïvement qu’on irait à UNE place, qu’on achèterait des fenêtres et voilà. Mais chéri avait d’autres plans… il voulait vraiment qu’on magasine, ici et là, mais il ne voulait pas l’avouer, jusqu’à la dernière minute, il semblait être d’accord avec ma vision anti-tataouinage et tout à coup: PAF! La tataouineux ressort. Finalement, j’ai réussi à lui faire entendre raison et on ira à une seule place. On y va tantôt. Mais, je dois admettre que j’ai peur… il va y avoir plusieurs modèles… du beau tataouinage en perspective. On prend tu lui, on prend tu lui, ou lui? Ça va être désagréable!

Y peut tu arrêter de faire soleil qu’on dorme!

Ben non, c’est juste une petite blague! Moi aussi, j’aime ça le soleil, le temps doux. On joue dehors, les enfants sont heureux. Mais, il pourrait peut-être juste commencer à faire soleil vers, je sais pas, 8h30-9h?! Soleil le matin = enfants debout à 6h = maman debout trop tôt = mauvaise humeur matinale assurée.

J’hais ça me lever tôt.

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

Je viens pas souvent…

… et c’est pas parce que je travaille fort!!

Ce matin, discutant de notre ordi qui marche très mal, mon chum me dit en voulant que j’essaye un truc qui le fait aller mieux selon lui.

Ti-Père: Je fais quelque chose que j’aimerais que tu essayes

Moi: Quoi?

Ti-Père, qui se trouve très drôle: Ben, il y a la vaisselle, le ménage, le lavage.

Mouhaha! C’est parce que je peux pas, c’est toujours l’heure d’allaiter quand vient le moment d’une tâche ménagère, dommage, hein!

Donc, je me la coule douce depuis 4 semaines et je n’ai pas tellement envie que chéri retourne travailler dans 2 semaines (il a pris une semaine de plus que les 5 semaines habituelles). Depuis 4 semaines, je me lève à 9h tous les matins, je trainasse en pyjama toute la journée, je flâne dans le bain et je cuisine de nombreux gâteaux et biscuits sans comprendre comment je peux rentrer dans mes jeans pré-grossesse en mangeant autant de desserts!!

Le congé de paternité devrait durer un an!

Le syndrome de Manolo

Depuis un certain temps, il y a un truc qui me dérange, qui m’enlève le goût de lire des blogs ou d’écrire sur le mien. Je n’arrivais pas exactement à mettre le doigt sur le ou les choses: bang! Révélation! J’ai lu ce texte, et ça m’a sauté au visage. Le texte ne parle pas exactement de ce que je ressentais et le texte « visé » n’était pas nécessairement représentatif non plus de ce que je ressentais et qui devenait si claire, mais ça a quand même fait bingo dans ma tête: le syndrome de Manolo. Qu’est-ce que le syndrome de Manolo: la tendance a crier PERSÉCUTION à tout propos. Ça. M’énerve! Je ne doute pas que des mères jugent d’autres mères, mais j’ai remarqué une tendance assez lourde a entendre des jugements dans chaque mot, chaque question, chaque désaccord. On ne peut plus dire qu’on allaite sans se faire dire « C’est ça, c’est ça, tu me juges » par une maman qui n’allaite pas. Et c’est pareil pour n’importe quoi, les couches, la nourriture, la façon d’endormir les enfants, et, la plus drôle, avoir ou non la péridurale. Je ne connais pas la réalité de toutes les régions, mais à l’hôpital où j’ai accouché, le taux de péridurale est de 90%… c’est passablement écrasant comme majorité alors franchement, se sentir persécutée parce qu’on a pris la péri, je trouve ça un peu poussé!! Un autre truc aussi que j’ai lu souvent concerne l’allaitement exclusif pendant 6 mois. Le fait qu’une seule once de préparation nous mette dans la catégorie de l’allaitement mixte semble en offusquée plus d’une. Euh… Pourquoi? Qu’est-ce que ça peut foutre?? C’est juste des chiffres, des statistiques, en quoi c’est si offensant de se faire ranger dans les non-allaiteuses exclusives? Je ne comprends pas. Persécution, les statistiques disent que je n’ai pas allaité exclusivement 6 mois parce que mon bébé a eu 2 onces de préparation à l’hôpital! Come on!!
Oui, il y a des gens qui jugent. À propos de tout. Il y a des allaiteuses qui jugent les biberonneuses et, je vais peut-être vous causer un choc ici, mais il y a tout autant de biberonneuses qui jugent les allaiteuses. Il y a des professionnels de la santé qui poussent peut-être un peu trop pour l’allaitement, comme il y en a qui pousse peut-être un peu trop sur les biberons. Il y a des jugements sur l’accouchement médicalisé, sur l’accouchement avec sage-femme, sur le fait de prendre ou non des cours prénataux, sur le fait d’utiliser des couches lavables ou jetables, de faire ou d’acheter ses purées, de laisser pleurer ou non, d’allaiter pas assez ou trop longtemps, pas assez ou trop souvent, de faire manger trop tôt ou trop tard, de mettre ses enfants propres ou de les laisser le devenir. Tout et rien est matière à jugement, oui, mais je persiste à croire que le jugement est souvent dans l’oreille de celui qui entend le commentaire. Pourquoi certaines se sentent jugées par un commentaire qui ne dérangera aucunement une autre personne? Si une personne me voit avec ma grosse bédaine boire une bière (sans alcool) et me dis « Hein? Tu bois de l’alcool enceinte? » je serais supposée me sentir jugée?? C’est juste une question et comme je suis dotée de la parole, je suis capable d’y répondre sans que ce soit par « Mêle-toi donc de tes affaires » « Ben oui, c’est ça je suis une mère indigne »! Même chose concernant les commentaires sur nos façons de faire comme maman. Là ou certaines sentent le jugement, il n’y a que surprise, curiosité et aussi, pourquoi pas, désaccord. Confronter des idées n’égale pas juger. Il me semble que lorsqu’on est à l’aise avec ses choix et confiante, l’opinion des autres ne nous atteint pas et qu’on est capable de défendre nos convictions et nos valeurs. On a toutes jugées et on a toutes été jugées un jour, c’est la vie, on est tous des êtres humains. Qu’il y ait jugement ou non, qu’est-ce que ça peut bien faire?? Qu’on s’assume et voilà. Des fois, ça devient tellement ridicule qu’on ne sait plus trop si on est jugée ou jugeuse. Un exemple: la maman d’un ami de garderie de mon fils à qui je parlais de temps à autre. Un moment donné, au moment où ma fille commençait la halte garderie, on jase de ça et j’ai le malheur de dire que je ne sais pas comment ça va se passer car elle est toujours allaitée (elle avait un an) et qu’elle n’a jamais bu autrement qu’au sein. La maman me répond avec un air des plus bêtes « Moi, en tout cas, j’allaite pas » et elle ne m’a plus jamais adressé la parole. J’en ri un bon coup quand j’y repense, ne sachant si elle me juge d’allaiter encore à un an ou si elle se sent jugée parce que je dis que j’allaite et qu’elle n’allaite pas. Mystère et boule de gomme.
Donc, c’est dit: tout ceci m’exaspère! Je peux comprendre que tout le monde a des mauvaises journée et que parfois une question ou un regard peut nous faire de la peine, nous remettre en question. Ben oui, moi aussi ça m’arrive. Je comprends aussi qu’on peut ressentir de la culpabilité (sujet à venir, le droit à la culpabilité, tsé on peut tu juste se sentir coupable tranquille sans se faire dire sans arrêt t’as pas à te sentir coupable?! Ça aussi ça m’exaspère, me faire dire comment je devrais mes sentir, enfin, j’y reviendrai!) à propos de certaines choses qui ne se sont pas passées comme on le voulait et que c’est normal d’être plus « sensibles » sur ces sujets le temps de faire notre deuil. Mais, ça m’exaspère de toujours devoir faire attention à mes paroles pour ne pas persécuter personnes. Ça m’exaspère qu’on m’accuse de juger alors que je ne fais que parler de mon expérience personnelle. J’ai tu le droit de dire que je ne me suis jamais senti aussi femme qu’en accouchant sans me faire jeter au visage que je trouve que les femmes qui ont une césarienne ne sont pas des vraies femmes?!
Je me censure sans arrêt, ma liberté de parole n’est pas respectée: PERSÉCUTION! (ben quoi!)

Nouvelles du front!

Que vois-je au loin là-bas? Serait-ce la lumière au bout du tunnel m’indiquant que mon rush de début de session va finir par finir!! Mais, oui, c’est bien ça! Gros, gros début de session… 9 étudiants avec handicap visuel, trouble d’apprentissage et/ou déficit d’attention sous ma responsabilité, ça fait une tonne de manuels scolaires a adapter. Mais, je pense que je devrais en voir le bout. Bientôt. Youppi!
Le boulot occupe le plus gros de mes pensées depuis janvier.
Dans le rayon quoi de neuf madame, il y a la future chambre des Babes qui commence à prendre forme. Ils ont reçu chacun un lit pour Noël et en fin de semaine on a acheté les couettes et housses qui seront leurs cadeaux de fête. Je suis contente, j’ai trouvé ce que je voulais:

Reste plus qu’à peindre la chambre et décorer. Et mettre les deux dans la même chambre. Le 1er essai fut non concluant, Babe nous enjoignant de sortir sa soeur de là car madame le moulin à paroles l’empêchait de dormir… Elle aime bien discuter avant de dormir… ou se chatouiller les dessous de bras en disant « Zésselle » et en riant (elle est fascinée par les aisselles…). Toujours aussi divertissante!
***

Dans un tout autre ordre d’idée, on avait pensé moi et chéri, aller manger au resto dans les prochaines semaines pour se faire une petite St-Valentin, mais hier, nous est arrivé un message de ma soeur qui est venu changer quelque peu nos plans…

On a 2 billets à vendre à $$$ chacun:

Event information
Buffalo Sabres vs Canadiens – 28 mars 2009 at 7:00 PM
Venue: Bell Center

Your seats:
Section 220…
Section 220…

One of the last home games of the season!

1ere réaction: trop cher
2e réaction: on s’en calisse, on vendra des brownies aux voisins s’il le faut!

Fait que moi et chéri, on fait garder les enfants les 28 et 29 mars et on part voir une game au Centre Bell Téléphone, comme dirait l’autre, avec jeune soeur et son Englishman-in-Mourial qui vit un grand coup de foudre avec l’hiver québécois et le Mourial Canadian.

Excusez-moi mais : WHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA!!!

J’ai pas dormi de la nuit tellement je suis énervée.
Je suis une fan de hockey depuis ma tendre jeunesse. Aucune idée pourquoi, mes parents n’ont jamais écouté ça. Ça doit me venir de ma grand-mère qui, armée de ses 78 ans, va voir les Remparts lorsqu’elle vient à Québec! Une game du Canadien, c’était un rêve de petite fille, c’est comme le boutte d’la marde!
WHAAAAAAAAAAAAAAAAAA!

BRA-VO!

Une tite mère, revenant du boulot, roulait doucement (pas le choix puisque dans une zone de 50) en écoutant Karkwa en compagnie de ses marmots. Elle vit tout à coup une voiture de police sur le coté avec une voiture arrêtée. Que se passe-t-il se demanda la tite mère en regardant par la fenêtre. Un accident? Une contravention? Tout en écorniflant, la tite mère ne s’aperçut point que sa lumière tourna jaune et sur la rouge elle passa… devant la voiture de police… Elle se trouva fort idiote, mais comme, un kilomètre plus loin, nulle trace de police à ses trousses, elle se dit ouf, quelle chance ma cocotte! Mais tout à coup, que vit-elle? Des lumières rouges et bleus dans son rétroviseur. Elle se gara et attendit la suite… Des gros yeux l’agent lui fit. De beaux yeux la tite mère lui répondit, espérant qu’il en tombe fou d’amour et, dans le cul son ticket il se fourre! De ticket la tite mère n’eut pas, grâce à ses beaux yeux ou aux moyens de pressions des policiers, jamais elle ne le saura. Mais, une bonne main d’applaudissement vous pouvez lui donner pour ce passage sur la rouge lequel un ticket aurait bien mérité!

Mon bilan 2008

Retour au travail ce matin. Bof. J’aurais pris quelques semaines/mois/années de plus… Semaine tranquille avant le rush de janvier. Pas le goût d’un rush. On a passé de belles vacances. Babe a reçu une vraie guitare pour Noël et il est fou comme d’la marde depuis. Moi, j’ai reçu un super appareil photo numérique et je suis folle comme d’la marde depuis.
J’y vais pour mon bilan et je vous souhaite une bonne année!

1. Qu’as-tu fait en 2008 que tu n’avais jamais fait avant?
Une fausse-couche… en espérant ne pas répéter l’expérience…
Des fondues parmesan maison
Manger des gosses d’orignal! Tutut, pas de biark avant d’avoir goûté, c’est absolument délicieux.
Ne pas dormir une nuit complète de l’année

2. Est-ce que tu as tenu tes résolutions de l’année passée, et vas-tu en faire pour la nouvelle année?
Je n’en avais pas faite l’an passé. Cette année, je vais essayer de diminuer mon empreinte écologique un peu plus, arrêter de remettre à plus tard l’achat d’un composteur et d’une Diva Cup (parlant diva cup, avez-vous lu Martineau à ce sujet… quel abruti…)

3. Est-ce que quelqu’un dans ton entourage a eu un enfant?
Oui

4. Est-ce que quelqu’un dans ton entourage est mort?
Non

5. Quels pays as-tu visité?
Aucun!

5. Que souhaitais-tu avoir en 2008 que tu n’as pas eu en 2007?
Rien, il me semble… je voulais être enceinte, mais je l’avais été en 2007 alors ça ne compte pas!

6. Quelles dates de 2008 resteront gravées à jamais dans ta mémoire, et pourquoi?
14 décembre: fausse-couche

7. Quel a été ton plus grand accomplissement de l’année?
Concilier travail et famille

8. Quel a été ton plus grand échec?
Je n’ai pas vraiment eu d’échec

9. As-tu souffert d’une maladie ou d’une blessure?
Une fausse-couche, ça compte?

10. Quel a été ton meilleur achat?
Mon sofa!

11. Qui sont les gens dont l’attitude mérite une bonne mention?
Je dirais Babe, il est tellement doux, affectueux, j’ai jamais vu ça. C’est ma boule d’amour. Et Cocotine qui a un caractère a tout casser et qui ne se laisse jamais marcher sur les pieds.

12. Qui sont les gens dont l’attitude t’a causé des problèmes?
Les automobilistes qui conduisent mal!

13. Où a été dépensé la plupart de ton argent?
L’hypothèque et rembourser ma dette d’étude!

14. Pour quoi t’es-tu réellement excité(e)?
Les séries éliminatoires de hockey!!

15. Quelle(s) chanson(s) associeras-tu toujours à 2008?
Le chant du bum et La danse à st-Dilon version Martin Léon que Babe adore à la folie. Dodo-tititi-maman que Cocotine chante sans arrêt. Et le 1er extrait du dernier CD de Daniel Boucher « Sans ma mie » qui me touche beaucoup.

16. En comparaison avec l’année passée à pareille date, es-tu plus:
i. Heureuse? Non
ii. Grosse ? Oui!
iii. Riche? Oui

17. Qu’est-ce que tu souhaiterais avoir fait de plus?
Rien de particulier

18. Qu’est-ce que tu souhaiterais avoir fait de moins?
Une fausse-couche (thème récurrent…)

19. Comment as-tu passé Noël?
En famille

20. Es-tu tombé en amour en 2008?
Non

21. As-tu fait des one-nights?
Non, juste des nuits blanches!!

22. Quelle a été ton émission de télé préférée?
Je n’écoute vraiment pas grand chose à part le hockey l’hiver et le tennis l’été!

23. Est-ce que tu as de nouveaux ennemis par rapport à l’année passée?
heu… non!

24. Quelle a été ta plus grande découverte musicale?
Damien Robitaille

25. Qu’est-ce que tu as voulu et eu?
De meilleures conditions de travail

26. Qu’est-ce que tu as voulu et n’a pas eu?
Une grossesse qui se poursuive

27. Quel a été ton film préféré cette année?
J’ai seulement vu le dernier Batman et je ne comprends pas ce que tout le monde trouve à ce film ni à la performance de Heath Ledger.

28. Qu’est-ce que tu as fait pour ta fête, quel âge as-tu eu?
J’ai eu 30 ans et j’ai assisté à un mariage lors que cette journée. Mon chum m’a donné la permission (mouhaha) de fumer quelques cigarettes pour fêter l’occasion, ce que j’ai fait avec grand plaisir!

29. Quelle est la chose qui aurait pu arriver et rendre cette année encore meilleure?
Être encore enceinte!

30. Comment décrirais-tu ton concept de mode pour 2008?
Concept quoi?

31. Qu’est-ce qui a conservé ta santé mentale?
Ma santé mentale se porte très bien d’elle-même! Ça fait longtemps que j’ai réglé toutes mes bibittes!

32. Sur quelle célébrité as-tu le plus fantasmé?
Mike Komisarek! Tout en beauté derrière le banc du Canadiens, mioum!

33. De qui t’es-tu ennuyé?
Ma famille

34. Qui est la meilleure nouvelle rencontre?
Je ne pense pas avoir fait de nouvelles rencontres

35. Quelle est une bonne leçon de vie que tu as apprise en 2008?
Hum… je suis une tête de pioche, j’apprends pas!

Quel bilan plate!

Une dernière fois avant de tourner la page…

Je ne suis pas encore capable d’en parler de vive voix ou de prononcer le mot fausse-couche, mais j’ai envie de l’écrire pour pouvoir ensuite tourner la page. Merci pour vos bons mots d’abord, c’est une main sur mon épaule qui, même virtuelle, me fait un grand bien. Je dirais que je vais bien. Je pense avoir une capacité de gestion de la douleur assez grande. Mes enfants m’éblouissent par leur compréhension de la situation, leur empathie naturelle. Babe qui me dit « Je vas m’occuper de toi » ou « Pleure pas maman, il y a un autre bébé qui va venir ». Cocotine qui met sont ourson-sac-magique sur mon ventre et me caresse la joue. Et les regarder rire de ce « rire qui lézarde les murs qui sait surtout guérir mes blessures » pour citer Renaud. L’amour que j’avais déjà pour Micro-Babe est déversé sur eux. Depuis deux jours, je les over-aime. Aujourd’hui, ils sont avec belle-maman, le temps que je fasse le tour de ma tête, et après la vie continue. J’ai 1000 deuils à faire. Le deuil de mon bébé. Le deuil d’un bébé de juillet et d’un congé de paternité tout le mois d’août. Le deuil de 3 bébés en 4 ans. Le deuil d’un 3e bébé l’année de mes 30 ans. Le deuil de manquer le rush de septembre prochain au boulot. Le deuil des projets qu’on avait déjà fait. Je garde une photo d’échographie en souvenir. Mon médecin me suggère d’attendre au moins un mois pour reprendre les essais, ce que je ferai. Mon médecin qui est l’homme le plus merveilleux sur terre après mon chum et mon fils, qui m’a rappeler lui-même hier soir après que j’ai téléphoné au CLSC pour demander ce que je devais faire après avoir constater que l’Urgence n’était pas du tout le bon endroit. Il a trouvé les mots. On se verra en janvier à moins que j’ai besoin avant. Je sais que si c’est le cas, il va me faire une place dans les 6 heures suivants mon appel. J’ai le meilleur doc de la région de Québec.
Vendredi tout allait bien, petite fin de semaine tranquille en perspective.
Samedi mon chum part faire l’épicerie. Les enfants sont excités, c’est leur spectacle de Noël de la garderie en après-midi. J’ai hâte. On se prépare pour aller se promener en traîneau, je vais aux toilettes avant de partir: pertes rosées. Je ne m’inquiète pas trop, mais j’annule la ballade en traîneau. Je me couche sur le divan et on attend papa. La journée passe, les pertes augmentent un peu, mais ce n’est pas si pire. Je pense toujours pouvoir aller au spectacle de la garderie. Finalement, vers 15h, je change d’idée, j’ai peur, j’ai le sentiment que tout est fini, je pars pour l’urgence. Je vais à l’hôpital que je connais le mieux et où on passe à l’urgence en moins de 2. C’est la que je rencontre le doc le plus débile de l’histoire de l’humanité, qui avant de me lancer ses phrases idiotes et ses statistiques de mardes, m’a parlé de son ski-doo pendant 10 minutes plutôt que de m’examiner. C’parce que tu peux tu fermer ta yeule pis grouiller ton cul?? Finalement, il me réfère au CHUL où j’ai rencontré des gens gentils et compréhensifs ce qui était tout le contraire de mes mauvais souvenirs de cet établissement. À 21h, j’ai vu mon petit bout de bébé, quel soulagement. Les chances étaient bonnes, col fermé, bébé bien implanté dans l’utérus, coeur qui bat.
Dimanche, les saignements augmentent, je ne suis plus capable d’être positive. J’essaie de me reposer. Finalement, je trouve que ça augmente beaucoup trop, j’appelle Info-santé. On me suggère du repos, on me dit que je vais peut-être devoir rester couchée jusqu’à 20 semaines de grossesse, envoyer mes enfants à la garderie à temps plein. Bon. Je discute avec mon chum. je vais passer la semaine couchée, on va faire garder les enfants toute la semaine et on verra. Je ne suis pas prête à m’empêcher de prendre mes enfants pendant 3 mois, no fucking way! On va faire notre possible, mais on décide de ne pas arrêter de vivre, parce qu’il y en a 2 qui sont vivants et qu’ils restent ma priorité dans la vie, quoi qu’il advienne. Si j’avais eu 25 semaines de grossesse de fait, ça aurait été une autre histoire, mais à 7 semaines, je ne pouvais pas décider de cesser de vivre. De toute façon, on allait prendre les choses un jour à la fois.
Dimanche soir, on se prépare pour le bain des enfants, j’ai une bonne crampe au ventre. Plus aucun doute que la fin approche. Et 1h plus tard, au moment de mettre les enfants au lit, je sens que « j’accouche », ni plus ni moins, mon bébé est sorti tout d’un morceau, je l’ai vu quitter mon corps, je l’ai vu. Très clairement. J’aurais préféré que ça se termine autrement, j’aurais préférée ne pas le voir vivant, ni le voir mort 24h plus tard. Mais je l’ai vu.
Maintenant c’est fini, et j’espère que la vie ne tardera pas trop à ne remplir le ventre de nouveau, il n’y a que ça qui me permettra de vraiment tourner la page, je crois. D’ici là, je tente d’éviter le piège des « si j’avais » et des « j’aurais donc du »
J’ai pris congé du boulot jusqu’au 5 janvier, j’ai droit à des congés payés maintenant!!

Besoin d’ondes positives…

Passée une partie de la journée à l’urgence hier. Pertes sanguines. Entendue de la bouche d’un doc: « Heille, c’est ben mois pire une fausse couche au 3e qu’au premier » et « Une grossesse sur 3 se termine en fausse couche, tu serais pile dans les stats! ». Merci beaucoup pour le réconfort. 2e hopital, meilleur soutien. Col fermé. Vue le petit coeur qui bat. Doc optimiste. Aujourd’hui saignements encore plus abondants. Moi pessimiste. Je ne travaillerai pas cette semaine. je suis supposée rester couchée sur le dos les pattes en l’air et ne pas soulever mes enfants. Je vois assez mal comment y arriver. Alors, j’attends… et je pleure en regardant la photo de Micro-Babe sur mon frigo…

J’AI FRETTE!

Je sais pas si c’est l’âge ou quoi, mais l’hiver n’est pas encore arrivé que je grelotte! J’ai frette, st-sifri! Dehors à -5 avec manteau chaud, tuque et 2 paires de mitaines: je suis frigorifiée! J’hais ça avoir frette. J’hais ça me coucher dans des draps frette. J’hais ça avoir frette dans mon bureau. Je suis tout le temps gelée bâtard! BRRRRRR!
Mes enfants, eux, ils ont pas frette. Et ils veulent jouer dehors tout le temps. Et moi, pendant ce temps: j’ai frette! Hier, j’ai poussé l’odieux jusqu’à leur dire que s’ils rentraient on allait manger du chocolat en écoutant le tivi. Oui. J’ai fait ça! Et vous savez quoi? Ça n’a même pas marcher, viarge! Alors, j’ai grelotté. Et grelotté. J’avais de la misère à parler pour cause de mâchoire gelée. Et, il faisait -5!!!

Ça va être beau à -30!