Mission accomplie!

Hip-hip-hip-hourra!
J’ai pris en charge le petit journal des bénévoles de mon groupe d’entraide en allaitement il y a quelques temps, avec un très grand plaisir. Et, j’ai décidé de repartir à zéro et de tout refaire de A à Z, le lettrage, la mise en page, tout, tout, tout. N’ayant pas de ressource (l’ancienne version était fait dans word…) j’ai réussi à me dénicher un petit logiciel de mise en page gratuit, des trucs pour faire des logos, des lettrages et je me suis attelée à la tâche. Depuis deux semaines, j’ai mis énormément de temps là-dedans, parce que je voulais que tout soit impeccable de la mise en page à la correction. J’avais aussi le goût d’écrire quelques textes, question de me remémorer mon ancienne vie de journaliste. Je me suis fait plaisir, je me suis souvenue de tout le plaisir que j’ai à écrire, à voir mon nom imprimé à côté d’un texte. Et bien, mon petit journal à été imprimé hier, en noir et blanc malgré le fait qu’il soit bien plus joli en couleur, parce qu’on n’a pas les moyens de se payer une impression couleur. Et je suis vraiment contente du résultat. Il y a encore du travail à faire pour que ce soit parfait, mais j’ai réussi ce que je voulais faire.
Ça faisait longtemps que je n’avais pas accompli quelques choses qui me rendait fière (à part mon fils, évidemment!). Ce n’est pas grand chose, mais c’était un beau petit défi pour moi. J’ai déjà hâte au prochain numéro, j’ai déjà des idées de textes.

J’me congratule, et toi?

Je réfléchissais dernièrement à mon comportement, à ma façon de me féliciter quand je trouve que je le mérite, à ma façon de partager avec mon entourage ce que je considère comme étant des réussites dans ma vie. À ma façon de m’aimer, de ne pas avoir des complexes. Je me demandais si les gens me trouvais prétentieuse. En fait, je ne me le demandais pas vraiment, je suis certaine que oui. Je me demandais surtout si j’étais réellement une sale petite prétentieuse. Et bien, je vous le donne en mille: Non! Pourquoi est-ce si mal vu de savoir reconnaître autant ses points forts que ses points faibles? D’être fière de soi? De se trouver jolie? Pourquoi les gens sont toujours portés à être si durs envers eux-mêmes? À souligner au crayon gras leurs erreurs, à ressasser toujours les mêmes rengaines de culpabilité? À passer leur temps devant le miroir à chercher la bête noire, le défaut? Moi, ça m’énerve cette attitude. Ça me gruge. Pas que je sois super optimiste ou idéaliste. Pas du tout. Je ne passe pas mes journées à me dire que je suis donc belle, donc fine, donc intelligente, donc la plus parfaite maman, donc la plus merveilleuse blonde. Vraiment pas. Je connais TRÈS bien mes défauts. Mais je connais aussi mes qualités et c’est sur elles que je préfère miser. C’est un peu moins looser, non? Et si je ne me valorise pas moi-même, je vais attendre que quelqu’un d’autre le fasse? Je vais passer mes journée à dire que je suis conne pour que quelqu’un, enfin, vienne me dire que je suis intelligente? Je vais dire à tous les gens que je rencontre que je suis grosse et laide en attendant d’entendre quelqu’un me dire le contraire? No way!
Je ne pense pas être une maman parfaite, loin de là. Mais quand je fais quelque chose et que je sais que j’ai fait exactement ce qu’il fallait, et bien, je suis fière de moi. Et ce ne sont pas des trucs sensationnels, juste la petite vie qui va. Des exemples: Mon fils, à partir du moment où il a eu des dents, à 9 mois, ne mangeait pas. Ni purée, ni morceau, il ne voulait rien savoir. Et bien, je n’ai jamais insisté, me disant que s’il avait faim, il mangerait. J’ai essayé pendant tout ce temps de lui montrer le plaisir que j’avais à manger, le plaisir des couleurs différentes dans l’assiette. Et bien depuis 2-3 mois, mon fils mange comme un véritable champion. Il mange de tout et en quantité. Il mange avec plaisir, les repas sont toujours un moment de bonheur en famille, une petite fête chaque fois. Et bien, moi, je me donne du crédit pour ça. Je me dit que j’ai fait ce qu’il fallait. Et je me dis aussi que ma belle-mère l’a dans les dents, elle qui ne me lâchait pas avec le fait que mon fils n’ouvrait pas la bouche et je dois admettre que ça me fait assez plaisir.
Il y a pleins d’autres petits exemples comme ça qui font que je suis comblée. Des petites victoires quotidiennes, comme une petite caresse sur ma vie.

Félicitez-vous, c’est bon!