Win/Fail de piste cyclable

Ces temps-ci je cours pas mal sur la piste cyclable, je rencontre pas mal de ‘dividus qui marchent, courent, patinent, pédalent. Je vous fait 2 petites mises en situation, tirées de faits vécus en fin de semaine, pour que vous sachiez quoi faire, si nécessaire.

#1. Une petite madame court avec son bébé dans la poussette, vent dans la face, découragement total, 15 km à faire. Vous la dépassez en courant et vous vous retournez pour lui dire: « C’est beau » avec le pouce en l’air avant de poursuivre votre route : WIN, WIN, WIN! La madame va finir sa damnée course avec le sourire. Ne doutez jamais du pouvoir d’un petit « good job » bien placé.

#2 Une petite madame fait des intervalles par 32 degrés avec humidex, elle est surement rouge comme une tomate, elle sue et probablement qu’elle pue. Vous êtes en vélo et, sans doute conquis par son galbe de mollet avantageux, vous décidez de ralentir pour jaser. TOTAL FAIL. Je ne suis pas d’un naturel très sociable en partant, mais me faire des amis quand je suis en train de suer à grosses gouttes, c’est non. Juste non.

Ce sera tout.

Advertisements

Les questions pertinentes

Quand on est enceinte, on entend souvent des questions su-per pertinentes. Je suis habituée à me faire dire que je suis donc pas grosse, de me faire demander si j’ai une minivan ou si le bébé était voulu (ma préférée, tsé, de quoi je me mêle). Mais, hier, j’ai eu un concentré de questions vraiment sensas.

– T’es rendue à combien de semaine là?

– 34

-Ah oui, la chambre du bébé doit être prête?

-Non

-Non?

-Non! Pas besoin, il dort avec nous.

-Ahhhhhhh. Mais, vous avez assez de chambres pour 4 enfants chez-vous?

-Non.

-Non?

-Non! Pas besoin, les 3 grands dorment dans le même lit.

-Ahhhhhhhh.

-C’est ben pour dire, hein.

-J’ai déjà connu quelqu’un qui avait des enfants qui dormaient dans la même chambre. Mais, pas dans le même lit par exemple.

-Hé ben! C’pas croyable, hein!

-Mais, là, euh, t’accouches où?

-Chez-nous?

-OÙ???

-Ben chez-nous là, dans ma maison!

-Ahhhhhhhhh! Eh ben.

-N’est-ce pas.

-Moi en tout cas, j’aurais pas pu, j’ai fait une hémorragie.

-C’pas drôle la vie.

-Pis là, euh, es-tu dilatée?

– QUOI??

-Ben es-tu dilatée, as-tu du travail de fait?

 

Ok, les gens, on demande pas à quelqu’un qu’on connait pas des affaires qui concernent le col de son utérus silvouplait. Merci.

Fin.

P’tit message pour mes voisins

Je ne voudrais pas faire ma rabat-joie, mais vous trouvez pas que ce serait le temps d’enlever vos décorations de Noël?? Ou à tout le moins de cesser de les allumer…
C’est pas parce qu’il y a de la neige que c’est Noël tous les jours les amis, nononon! On arrive à Pâques, viarge, changer donc vos guirlandes pour des lapins!

Conversation d’ascenseur.

Moi ici présente, je ne suis pas sociable. Pas une miette. Zéro pis une barre. J’aime bien les foules anonymes. Mon chum, lui, c’est l’inverse. Il est pas si pire sociable, mais ne lui parlez pas Festival d’été ou quelque chose du genre. No way. Ya du monde. Moi, tant que ce sont tous des anonymes qui ne remarquent pas ma présence, ça me va. Si, par malheur, je vois quelqu’un avec qui je suis déjà allée à l’école, déjà travaillé, déjà vu, bref, quelqu’un à qui je devrais dire : « Allo, ça va? », même si je me crisse comme de l’an 40 de si ça va bien ou non et que je souhaite de tout mon coeur qu’il ne vienne pas me dire que ça va mal parce que je ne veux vraiment rien savoir, si ça se produit, je me cache. Je suis une vraie pro dans l’art de me planquer et/ou de faire l’innoncente, genre je fais semblant de ne pas te voir et je passe mon chemin, si je vois l’ombre d’une connaissance à qui je n’ai pas parlé depuis plus d’un an. C’est mon délai. Après un an, tu n’existes plus pour moi. That’s it. Tant qu’à faire semblant, j’aime mieux me cacher.
Mais, le pire du pire, les inconnus qui me jasent ça dans l’ascenseur: Non! Pas capable de mettre ma face d’enjoy et de faire semblant que je suis miss jasette. Je dois avoir l’air bête comme mes 2 pieds, ce que, par ailleurs, je suis! C’est arrivée tantôt.

M. Enjoy: Hé ho, madame, as-tu hâte que l’hiver finisse?

Ysa-not-enjoy: Non!

M. Enjoy: Hé ho, madame, ça va prendre des canots quand ça va fondre!

Ysa-not-enjoy: canoquavafondre-canoquavafondre

M. Enjoy: Hé ho, madame, bon appétit!

Ysa-not-enjoy: napétit-napétit

Ça m’énarve!

Mais, bon, ce ne sera jamais pire que: « Hé ho, madame, qu’est-ce que tu lis?!
« JE LIS, SACRAMENT, VEUX-TU BEN ME SACRER UNE P’TITE PATIENCE »