La fin d’une année en forme de parenthèse

C’est fini. On est rendu là. Demain matin 9h, rencontre avec ma boss et c’est parti pour de bon. La vraie vie. Après plus de 16 mois à la maison, 16 mois de grand bonheur, de joie, de folie, de douceur, de pyjama, de vie qui coule sans stress, sans course folle. 16 mois passé avec mes trois enfants, le plus bel été de ma vie, la plus belle année de ma vie, une année en forme de parenthèse, une année à côté de la vraie vie. Aujourd’hui j’ai la tête pleine de souvenirs et les yeux plein de larmes. Je suis infiniment heureuse d’avoir pu vivre pleinement les 15 premiers mois de vie de mon bébé, d’avoir pu reconduire matin, midi et soir mon fils entre la maison et l’école pour ses premiers mois de maternelle, d’avoir pu passer des après-midi câlins avec Cocotine, à se jouer dans les cheveux. À partir de demain, je ne serai plus juste une maman: du mercredi au vendredi, je serai aussi une travailleuse. Merci la vie, j’ai la chance de travailler 3 jours et d’être à la maison 4 jours. Fin de semaine de 4 jours chaque semaine, je devrais réussir à oublier que je travaille pendant ces 4 jours! Ma belle-mère va garder mon petit hérisson le mercredi, donc à partir de jeudi ce sera la garderie deux jours par semaine. J’ai l’impression que je vais laisser mon coeur à la garderie en même temps que mon bébé. Je l’ai déjà vécu, mais chaque fois c’est pire et comme le petit Hérisson est fort probablement notre dernier enfant, je ne peux pas me dire, comme les autres fois que c’est juste quelques mois de garderie avant que je retombe en congé. Cette fois, c’est pour de bon.
Une fois dans le beat, ça devrait aller… aujourd’hui, je vois ça comme une montagne infranchissable.

… au moins, j’ai maintenant un batteur sur socle Kitchen Aid vert pour m’aider à survivre à cette épreuve!

Le bon côté des choses…

Hé bien après 16 mois à la maison, je vois foncer droit sur moi le retour au travail, ou comme moi et chéri l’appelons affectueusement, le retour à la maudite vraie vie sale, c’est dire comme ça nous emballe! En fait, mon contrat commence lundi, mais comme j’ai des conditions de travail pas pire pantoute, j’ai droit à 3 semaines de vacances payées accumulées pendant que je me roulais à terre avec les enfants (sans parler des 2 échelons de salaire et des quelques indexations… ). Lundi matin, je tombe donc en vacances. Et qui dit vacances payées dit… PAYE! Et autant je n’ai pas hâte de retourner travailler, autant j’attends mon chèque en bavant. Mes économies sont épuisées et les allocations ne font que passer devant moi pour être dépensées en entier au même moment! Question de voir les choses de façon positive, j’ai décidé de faire la liste des choses que je pourrai m’acheter quand je retournerai travailler! Voici donc:

-Un batteur sur socle Kitchen Aid vert lime

-Des nouvelles lunettes et peut-être des verres de contact
-1-2 pyjamas qui ne tombent pas par terre quand je marche si tant est que j’en trouve à ma taille de maigrichonne

-Faire réparer ou acheter une nouvelle lentille pour ma caméra
– Des nouveaux pantalons de neige
– Du beau linge pour les enfants

– Un Nastee de t-shirt pour mon chum

– Du vin cher!

– Une cocotte en terre cuite

– Une journée dans un spa
-Aller voir ma soeur
– Aller voir un show
– Des livres
– Une nouvelle couette pour mon lit
-Aller passer une nuit dans un igloo avec mon chum
-Un Ipod Touch

– Amener les enfants au théâtre
– M’inscrire aux Maitres Nageurs
– Une machine a espresso
– Des couteaux qui coupent
-Un four à convection
– et pourquoi pas… une Mazda 2 verte!
Je pense que c’est tout!!
Il y en a qui considère que ça ne vaut pas trop la peine de travailler, parce qu’avec la garderie à payer, l’essence de plus, les stationnements, les alloc qui baissent etc. finalement le salaire de plus est presque tout englouti dans les dépenses de plus. Hé bien, je vous jure que chez-nous, le salaire de plus est très utile! Et c’est moi qui ramasse le cash pour le retraite en plus!!!
Des fois je me dis que j’aurais suivre ma 1ere idée et épouser un joueur de hockey riche à craquer pour avoir tout ça en me pognant le beigne! Dire que Vincent Lecavalier m’a déjà frenché en plus… mouhahaha!
Mais, bon je l’aime trop pour le changer mon petit drummer pauvre!

Youpelaïdou!

Je suis présentement en état d’allégresse: Le congé sans solde de 4 mois que j’ai demandé m’est accordé. 4 mois, c’est pas grand chose, mais c’est 4 mois de plus de petites douceurs en famille. C’est un bébé qui commencera la garderie à 15 mois plutôt qu’à 11. C’est un grand qui va commencer la maternelle avec une maman à la maison à temps plein. C’est plein de petits riens de la plus grande importance. Avoir ma boss devant moi, j’la frencherais!
Retour au bureau janvier 2011!

YÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉ!

Envoye à’ maison, part II

Suite à ce billet, voilà que la chose est officielle: vendredi 2 octobre sera la dernière journée de garderie de Babe pour de bon. Je viens tout juste d’abandonner mon 3 jours/semaine à 7$ ainsi que ma priorité sur la liste d’attente pour Cocotine et Micro-Babe. Bref, je me retrouve devant rien pour la suite, et malgré le fait que du temps partiel en CPE soit rarissime, je suis contente de mon choix. Je dois dire que j’avais le coeur gros ce matin… j’adore ce CPE et j’aurais beaucoup aimé que Cocotine et Micro-Babe y aillent eux aussi, mais comme Babe n’est plus là, les chances qu’eux puissent y entrer sont très minces. On avisera rendu là, je me fie sur ma bonne étoile pour m’organiser tout ça! Je suis toute énervée de penser que je vais passer mon temps avec toute ma gang, pas de stress, pas de trafic à se taper, pas besoin de s’habiller avant midi si ça nous chante! Joie, joie, joie!! Et, comme ce sera la dernière année sans cadran (un jour, j’ai décidé que j’ôtais ma montre et que je mettais mon cadran à off de façon définitive: on me prend quand j’arrive!! La meilleure décision de ma vie) puisque lorsque Babe commencera l’école, ça va être un tout autre beat, on va avoir un horaire pour la première fois depuis que j’ai des enfants, on va donc profiter pleinement de cette totale liberté.
Et puis… j’ai une autre idée qui m’est apparue dans la tête cette semaine. Puisque j’ai maintenant des conditions de travail, je pense allonger mon congé de maternité. Plutôt que de reprendre en septembre 2010, je prendrais 4 mois sans solde et je recommencerais en janvier 2011. Plus j’y pense et plus je pense que ce serait GÉNIAL! Ma convention collective me donne le droit de prendre jusqu’à 1 an sans solde. Ceci est conditionnel au fait que je cesse de dépenser un peu et que je me ramasse assez de fric pour qu’on puisse vivre 4 mois avec un seul salaire, mais je devrais y arriver, surtout considérant le fait qu’en étant sans salaire je pourrai suspendre le remboursement de ma dette d’étude qui est ni plus ni moins qu’une 2e hypothèque.

Esti que j’ai des bonnes idées 🙂

Nouvelles du front!

Que vois-je au loin là-bas? Serait-ce la lumière au bout du tunnel m’indiquant que mon rush de début de session va finir par finir!! Mais, oui, c’est bien ça! Gros, gros début de session… 9 étudiants avec handicap visuel, trouble d’apprentissage et/ou déficit d’attention sous ma responsabilité, ça fait une tonne de manuels scolaires a adapter. Mais, je pense que je devrais en voir le bout. Bientôt. Youppi!
Le boulot occupe le plus gros de mes pensées depuis janvier.
Dans le rayon quoi de neuf madame, il y a la future chambre des Babes qui commence à prendre forme. Ils ont reçu chacun un lit pour Noël et en fin de semaine on a acheté les couettes et housses qui seront leurs cadeaux de fête. Je suis contente, j’ai trouvé ce que je voulais:

Reste plus qu’à peindre la chambre et décorer. Et mettre les deux dans la même chambre. Le 1er essai fut non concluant, Babe nous enjoignant de sortir sa soeur de là car madame le moulin à paroles l’empêchait de dormir… Elle aime bien discuter avant de dormir… ou se chatouiller les dessous de bras en disant « Zésselle » et en riant (elle est fascinée par les aisselles…). Toujours aussi divertissante!
***

Dans un tout autre ordre d’idée, on avait pensé moi et chéri, aller manger au resto dans les prochaines semaines pour se faire une petite St-Valentin, mais hier, nous est arrivé un message de ma soeur qui est venu changer quelque peu nos plans…

On a 2 billets à vendre à $$$ chacun:

Event information
Buffalo Sabres vs Canadiens – 28 mars 2009 at 7:00 PM
Venue: Bell Center

Your seats:
Section 220…
Section 220…

One of the last home games of the season!

1ere réaction: trop cher
2e réaction: on s’en calisse, on vendra des brownies aux voisins s’il le faut!

Fait que moi et chéri, on fait garder les enfants les 28 et 29 mars et on part voir une game au Centre Bell Téléphone, comme dirait l’autre, avec jeune soeur et son Englishman-in-Mourial qui vit un grand coup de foudre avec l’hiver québécois et le Mourial Canadian.

Excusez-moi mais : WHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA!!!

J’ai pas dormi de la nuit tellement je suis énervée.
Je suis une fan de hockey depuis ma tendre jeunesse. Aucune idée pourquoi, mes parents n’ont jamais écouté ça. Ça doit me venir de ma grand-mère qui, armée de ses 78 ans, va voir les Remparts lorsqu’elle vient à Québec! Une game du Canadien, c’était un rêve de petite fille, c’est comme le boutte d’la marde!
WHAAAAAAAAAAAAAAAAAA!

Méli-mélo

Mon rush de début de session a commencé aujourd’hui même. D’ici à la mi-février, je risque de ne pas écrire très souvent. Par contre, à la fin de ce rush je n’aurai presque rien à faire avant septembre alors je fais mon chiffre en serrant les dents et j’attends que ça passe!
***

Babe est musicalement pudique! Il joue de la guitare devant moi, mais refuse de chanter en même temps. Hier, j’étais en haut avec Cocotine et j’entends mon Babe qui gratte sa guitare en chantant « Petit papa Noël »! Je descends dans l’escalier et aussitôt qu’il me voit la tronche il se tait, et me lance « Heille, maman, va en haut!! » Coudonc!!
Le voici mon petit guitariste

***

Babe, qui n’était pas exactement un bébé dodu, a atteint les 20 lb tout juste à un an. Ma Cocotine est sans nulle doute une demi-portion… elle s’enligne pour atteindre les 20 lb à … 2 ans! Pesée hier à 21 mois: 19 lb! Pas besoin de vous dire qu’elle est en bas de zéro sur les courbes de croissance, mais elle suit bien sa courbe à elle.
La voici dans un enlevant tournois de poche!

***

Mon cher chéri a une fixation sur le « bon » rock! Genre Brian Adams de Summer of 69. Ça mesdames messieurs, c’est du vrai bon rock. Il semble croire que le rock est mort et semble en faire grand cas. Il m’a mis le dernier Karkwa dans mon bas de Noel. Ses commentaires: « C’est smooth pas mal je trouve. J’pensais que ce serait plus rock que ça. C’pas vraiment du rock! » Il s’est lui même mis un disque de The Killers dans son bas de Noel (aucune idée kessé ça), il avait entendu une toune et elle était, sa foi, rock! Ses commentaires: « Finalement, la toune que j’ai entendue n’était pas représentative du reste. C’est pas vraiment du rock. C’est moyen finalement. »
Alors, je vous le demande, connaissez-vous un band de rock? Prière de ne pas me suggérer Marie-Chantal Toupin.
Merci!
***

Au delà de mes espérances

Décidément, quand ça va ben!!
J’ai déjà parlé de mon nouveau contrat avec fond de pension pis tout le kit. L’université n’étant pas du genre rapido-rapide sur la signature de contrat, ça vient juste de ce faire. Il restait un détail que je ne connaissais pas: le salaire. Je ne savais pas à quel échelon salarial je serais classée.
Ce matin, la secrétaire me dit de venir regarder mon contrat. Je vois un chiffre. Je regarde bien, je vois un montant qui représente mon salaire entre le 1er décembre et le 29 mai. Si je compte bien, ça fait six mois ça. Hé, bien, le montant que je vois là pour six mois de salaire est à peu de choses près le même montant que je gagne présentement… pour un an de salaire!!! Clisse! Mon salaire double!!! Bon, on s’entend que c’est un montant brut et que, dans les faits, il ne me restera pas le double dans mes poches, mais on s’entend aussi que: OOOOOOOOOOH YEAHHHHHHH!! Je ne m’attendais pas à une aussi grosse différence.
C’est qui maintenant qui va être pleine aux as pendant son congé de maternité: MOÉ!

Un sourire niais dans la face…

Je suis tout sourire en ce midi neigeux.
Merci de vos mots et bonnes pensées.
Je suis maintenant une professionnelle de l’université. Chargée de formation est mon nouveau titre. Je reste contractuelle pour le moment, donc je n’ai pas tous les avantages reliés au poste. Mais, j’en ai plusieurs. Et je vais gagner plus cher que je pensais. Et s’ils me reconnaissent un peu d’ancienneté, je vais être payée encore plus cher. J’ai peut-être l’air de donner une grande importance à l’argent. Mais, si je pouvais clairer ma dette d’étude avant mes 45 ans, je serais heureuse. Si je pouvais mettre un peu de cash sur le capital de la maison pour remettre ça sur moins de 35 ans, je serais heureuse. Si je pouvais avoir la possibilité de peut-être un jour acheter une voiture où l’on peut faire entrer plus de 3 Babes, je serais heureuse. L’argent, ça fait pas le bonheur, mais quand le bonheur, on l’a, un peu d’argent de plus, ça donne un bon coup de pouce.

Et le plus beau dans tout ça: je peux continuer à travailler où je veux, quand je veux. Je peux continuer à ne pas mettre de cadran le matin et à me lever selon le rythme de mes enfants. Je peux continuer à faire passer ma famille en 1er. J’ai la chance de pouvoir concilier le travail et la famille de belle façon, je suis contente de pouvoir le faire.

Bébé #3 peut s’en venir maintenant, je vais être pas mal moins cassée lors de mon prochain congé de maternité 🙂

Sur ce, je vais aller lire sur mon nouveau fond de pension 😉

Grands changements en perspective!

J’avais un message sur ma boîte vocale ce matin. Du genre que je n’attendais plus. Du genre: « Salut Ysa, ici ta boss. J’aimerais ça te rencontrer cette semaine pour parler de tes futures nouvelles conditions de travail ». Je ne l’avais pas rappeler encore que je me roulais déjà par terre de joie, embrassant mon ordi et criant (tout bas) dans la bibli: OH YES!!!
Depuis quelques semaines, après 4 ans de « peut-être », de « un jour viendra » et de « ben oui, c’est ça! » mon « cas » était aux Ressources humaines et j’espérais tout de même. Même si je n’y croyais pas vraiment.
J’explique un peu ma situation. J’ai été engagée au début de ma maîtrise, c’était à ce moment-là une job étudiante, payée en conséquence (je faisais 5h/semaine au début), pas de vacances, de congés, d’assurance, de possibilités d’amélioration, un nouveau contrat chaque session et payée par une subvention, donc pas employée de l’université. Ça fait de cela 6 ans. Rien n’a changé dans mes conditions depuis, si ce n’est que je fais 21h/semaine parce que la demande de documents en formats alternatifs pour les étudiants à exploser, surtout dû au fait que les troubles d’apprentissage sont de mieux en mieux connus ce qui apporte une clientèle énorme. Mon boulot n’a plus vraiment de lien avec ce pour quoi j’ai été engagée. Tout le monde qui fait ce travail ailleurs a une job professionnelle alors que moi je sèche avec mes conditions de cul et mon salaire d’étudiante (c’est loin d’être un mauvais salaire d’ailleurs, je ne veux pas avoir l’air ingrate, mais j’aimerais juste être reconnue parce que je pense que ce que je fais est important). Donc, quand je suis partie en congé de maternité en 2005, j’avais laissé sous-entendre que je chercherais peut-être autre chose si mes conditions ne changeaient pas. C’était de la frime: pouvoir travailler quand je voulais et de la maison étaient des avantages trop grands pour que je parte, mais je me suis essayée. Malgré que ma boss « travaillait pour ma cause » selon ses dires, ça n’a jamais débloqué. Je suis revenue à la charge souvent. Je sais que j’ai le gros bout du bâton: je fais de la bonne job, je suis hyper efficace: vite fait, bien fait. Tant pis si j’ai l’air prétentieuse, je sais qu’ils seraient un peu dans la crotte si je partais. Donc, cet automne, une nouvelle fois, ma boss me dit qu’elle essaie de voir et tout jusqu’à ce téléphone ce matin…
Je la rencontre mercredi. Je ne sais rien pour le moment, si ce n’est que je vais avoir une vraie job. Plusieurs avantages et un peu plus de responsabilités qu’elle m’a dit. Je suis fort heureuse de ces responsabilités de plus car mes boss ne connaissent rien de ce que je fais et disent n’importe quoi aux étudiants. Je m’attends à ce que tout ce qui touche aux technologies adaptées soit désormais de mon ressort, je serai la seule responsable et fiez-vous sur moi, ça va opérer ici!
Je ne sais pas exactement à quoi m’attendre comme avantages. Je me permets de rêver. Ça devrait être un poste professionnel.
Un poste pro c’est:

-une convention collective!!!! (Juste à penser à ça, je croule de rire. Je vais peut-être faire la grève un jour. Totalement hilarant!)
-1 mois de vacances payées en commençant (oh que youppi!)
-des congés fériés payés
-des congés maladie payés (ça aussi, ça me fait rire! Wow, payée pour être malade chez-nous)
-la possibilité d’avoir une assurance et un régime de retraire. (Un régime de retraite, vous rendez-vous compte?? Moi qui ne croyais jamais pouvoir prendre de REER de ma vie. Un régime de retraite! Je ris, je ris, je ris)
-mes enfants pourraient avoir une exonération de frais de scolarité s’ils étudient ici!!!
-Une substantielle augmentation de salaire…

Je CA-PO-TE

Plus de détails mercredi…

Une tite-mère su’l neutre!

J’ai décidé de relaxer cet été, de mettre un frein à quelques activités. Depuis plus de 2 ans, je fais du soutien à l’allaitement et depuis quelques temps, je trouvais ça lourd, alors hier soir, plutôt que de faire mon bénévolat, je me suis évachée devant le tennis avec mon chum et vit que cela était bon! Ma décision était prise depuis 2 mois, mais je m’étais engagée jusqu’à la fin juin. J’ai décidé de cesser le soutien pour un certain temps. Je voulais aussi lâcher le CA de ce même organisme, mais finalement, après quelques pressions externes, je reste, mais il n’y a aucune réunion pendant l’été. Je m’occupe aussi du journal des membres de cet organisme et après discussion avec mes consoeurs, j’ai décidé de laisser tomber le numéro d’été pour cette année. Donc, à part la journée par semaine où je fais semblant de travailler: sweet fuck all à faire jusqu’à l’automne. Soleil, bonheur, bisous dans le cou et farniente au programme, accompagnés de Boréale blanche, à moins que je me lance, comme elle dans la sangria!