Win/Fail de piste cyclable

Ces temps-ci je cours pas mal sur la piste cyclable, je rencontre pas mal de ‘dividus qui marchent, courent, patinent, pédalent. Je vous fait 2 petites mises en situation, tirées de faits vécus en fin de semaine, pour que vous sachiez quoi faire, si nécessaire.

#1. Une petite madame court avec son bébé dans la poussette, vent dans la face, découragement total, 15 km à faire. Vous la dépassez en courant et vous vous retournez pour lui dire: « C’est beau » avec le pouce en l’air avant de poursuivre votre route : WIN, WIN, WIN! La madame va finir sa damnée course avec le sourire. Ne doutez jamais du pouvoir d’un petit « good job » bien placé.

#2 Une petite madame fait des intervalles par 32 degrés avec humidex, elle est surement rouge comme une tomate, elle sue et probablement qu’elle pue. Vous êtes en vélo et, sans doute conquis par son galbe de mollet avantageux, vous décidez de ralentir pour jaser. TOTAL FAIL. Je ne suis pas d’un naturel très sociable en partant, mais me faire des amis quand je suis en train de suer à grosses gouttes, c’est non. Juste non.

Ce sera tout.

2013, 2014, course à pied et autres considérations

2013

Petit bilan de mon année de course à pied: les mots « n’importe quoi » viennent en tête les 1ers quand on regarde les km parcourus par mois… assez inégal disons! Mars-Avril-Mai, gros mois en préparation de mon demi, une de mes 2 seules performances dignes de mention cette année, avec ma médaille de bronze dans ma catégorie au 5km de l’Éveil des Plaines en avril. Après, il y a eu une blessure au pied et une grossesse qui m’ont passablement ralentie. Pour être honnête, j’avais l’objectif secret de courir un marathon en septembre, pour mes 35 ans, mais j’ai du laisser tomber pour les raisons sus-mentionnées. Ce n’est que partie remise, avant mes 40 ans si mon corps veut bien. Je continue de courir avec Bébédaine, mais je trouve ça difficile présentement, avec la neige et la glace. Pas vraiment d’objectif pour 2014, sinon, courir le plus longtemps possible tout au long de ma grossesse, peut être faire un 5km en avril (J’ai une relation particulière avec l’Éveil des Plaines, on s’aime elle pis moé), au pire, j’y ferai du bénévolat, au mieux je ferai la course en finissant dernière, pas de trouble.

Image

2014

En 2014…

Ça fera 7 ans que je suis propriétaire d’une maison, d’un char et d’une Cocotine, 2007 avait été une grosse année;

Ça fera 10 ans que je suis tombée enceinte pour la 1ere fois et que j’ai cessé de fumer;

Ça fera 19 ans que je suis partie de chez mes parents et j’ai toujours pas de set de chambre, juste un matelas des années 60 sacré à terre et 2 commodes (des années, euh, 40, genre!) dépareillées;

En 2014…

Le dernier membre de notre famille va naître;

Va falloir s’acheter une Rondo pour caser tout ce beau monde;

Wimblu va commencer la maternelle.

Je vous en souhaite une bonne!

 

Un demi en moins de 2

Je parle pas souvent de course ici (je parle pas souvent, point), mais je cours toujours. Ça a fait 1 an en avril. J’ai couru tout l’hiver, sans but particulier, juste pour garder la forme et je me suis remise à l’entrainement plus sérieusement le 25 février avec un objectif en tête: Courir le Marathon Baie-des-Chaleurs du 2 juin avec un bon temps. Bon temps = en bas de 2h, mais je ne le disais pas trop fort, parce que je trouvais ça un tantinet ambitieux, moi qui n’avais qu’un seul demi, terminé en 2h12, derrière la semelle. Je voulais un bon temps à ce demi là en particulier, parce que c’est chez-moi et parce que j’avais 2-3 comptes à régler avec la vie…
C’était donc ce dimanche, il faisait frette sur le bord de la Baie, c’était parfait pour courir! Alors, je suis partie pour un 21.1 km, dont un gros 8km dans les cotes. J’ai douté de mes capacités pendant quelques km… Voir mes enfants sur le parcours, aux 2e et 10e km, c’était du bonbon. Un boost d’énergie incroyable. Comme je l’ai dit à mon chum, avoir 21 enfants et les éparpiller à chaque km, je ferais un chrono de fou!!! Rendue au km 20, les larmes me sont montées aux yeux, je savais que c’était dans la poche, à moins de me casser un pied avant la fin, j’allais arriver avant que le chrono n’indique 2h… ce qui me semblait si inaccessible était là, à ma portée.

Temps officiel: 1h58:23
La madame était contente! Et m’avez-vous vu les muscles des cuisses? Haha!

21.1

Quelque part vers la mi-avril, quand j’ai décidé de sortir courir pour la 1ere fois, c’était sans objectif, juste pour essayer. J’y ai vite pris goût et les celles qui m’amient (comme dans amier, tsé) sur FB ont pu constater que c’est devenu mon principal sujet de conversation! J’ai attrapé la piqure assez rapidement et encouragée par mes progrès rapides, je me suis inscrite à quelques courses. Un premier 5km, puis un 10, puis un autre 10… pour finalement me dire que rendue là, aussi bien essayer le demi-marathon. Je me suis inscrite tardivement, pour le demi-marathon des Deux-Rives, ça me faisait un peu peur… 21,1 km, c’est long quand même!! Je suis plutôt faible de la papatte et mes hanches ont tendance à ne pas collaborer…
C’était hier mon demi.
Je l’ai fini, sans avoir ressenti le besoin de marcher, sans aucune douleur au p’tit body, je me suis bien entrainée, en douceur, et je l’ai fini. Je visais 2h15, j’ai réussi 2h12. Jubilation. Tout le monde répete depuis hier qu’iiiiiil faisaiiiiiit donc chauuuuuuuud! Ben, oui il faisait chaud, tsé, c’est l’été! C’est pour ça qu’il y avait de l’eau un peu partout sur le parcours, à boire, pour s’arroser, sous forme d’éponges mouillées (et une éponge mouillée dans le dos quand t’as chaud = quasi-orgasme, croyez-moi sur parole!). Est-ce que la chaleur m’a fait souffrir: non! Je ne suis pas particulièrement compétitive et je me suis sagement arrêtée boire 2 verres d’eau chaque fois qu’il y avait un point de ravitaillement, j’ai terminée fraiche et dispose. Le parcours était super, des montées, des descentes, une belle vue, des encouragements partout. J’ai eu du fun, j’peux pas vous dire. Zéro souffrance, juste du plaisir!
1ère expérience, mais surement pas dernière!

Et de une!

C’était hier, le 12 mai, que je faisais ma 1ere vraie course. Un mois exactement après avoir chaussé des running shoes pour la 1ere fois. Dans mon dernier billet, je disais vouloir seulement terminer, sans autre objectif… Finalement, les choses ayant évoluées plus rapidement que je ne l’aurais cru, j’avais fini par me fixer un objectif: sous la barre des 30 minutes. Il faisait beau en st-sifri hier et courir sur les Plaines d’Abraham, il y a pire endroit disons. Ça été vraiment une expérience emballante! J’ai trouvé ça un peu difficile, j’étais tellement énervée au départ que j’ai oublié de respirer pendant quelques temps je pense, alors je suis partie avec un point… bravo! Le dernier km, je pensais que j’allais mourir, moi qui n’avait couru que sur du terrain plat… il y avait là quelques montées et descentes et viarge, c’est dur les descentes, je ne savais plus comment placer mon corps pour ne pas débouler, haha! J’étais certaine que j’avais mon 30 minutes, quand j’ai passé le portail ça indiquait 29:54, mais selon mon temps officiel, j’ai fait 30:02. Je considère que j’ai atteint mon objectif. Je me situe 15e/50 (4e/50 pour jeune soeur qui kick des culs) pour les femmes de ma tranche d’âge, quand même pas mal après un petit mois de course.
Satisfaite, contente et prête à commencer l’entrainement pour la prochaine: un 10km cette fois, le 17 juin.

Cours, Ysa, cours!

Aujourd’hui, je sors du placard!
Non, ce n’est pas pour annoncer que je suis enceinte, ça ben l’air que mon chum est le seul au monde à ne pas vouloir faire un 4e kid à sa tendre moitié! J’ai donc décidé d’utiliser mes frustrations utérines à une fin contructive: la course à pied! Oui, oui, moi là, la patate, je me suis mise à la course! Vous avez le droit de rire!
Depuis le début de l’hiver, j’y pensais, je lisais les inspirants billets de Gigi avec admiration et puis il y a 2 semaines, j’ai décidé que c’était maintenant. Je me suis achetée un kit stretché et une paire de running shoes et je suis sortie avec ma grippe d’homme et ma motivation.
J’ai même fait pire que ça: je me suis inscrite à une course. Un 5 km. Le 12 mai. C’est dans 3 semaines ça. C’est assez peu réaliste de penser qu’en 5 semaines, je vais passer de rien à 5 km, mais je m’en fous. Je veux juste le finir: en courant, en marchant ou en roulant à terre. Ma jeune demi-marathonienne de soeur va m’accompagner pour l’occasion. Elle va surement avoir le temps de faire 3 fois le tour de la piste avant que je ne termine!!
Je pensais que j’haïrais ça raide: non, j’aime ça! Surtout le soir, quand les enfants sont couchés. Je pars avec mon iPod, il fait frais, les rues sont désertes, la crisse de paix sale!
J’avais fait de la natation tout l’automne, mais aller nager quand la piscine est ouverte et non quand ça me tente, ça gosse! Et le fait de pouvoir s’inscrire à des courses, ça motive. À la piscine, j’allais juste nager pour aller nager, sans objectif. Là, je sais que je cours pour un 5 km le 12 mai, et un autre le 17 juin et probablement un autre le 15 juillet… et qui sait un 10km en août…
On verra bien où mes souliers me mèneront!