Ah oui, on en a des légumes!

Ça fait quelques fois que je tombe sur des commentaires de mamans époustouflées que leur progéniture aime le brocoli. Parce que tsé, dans notre temps, c’est vraiment out le brocoli. Ça et le foie de veau, c’était dans la catégorie: Ouache, Beurk, ma mère veut me tuer de me faire manger des affaires aussi dégueulasses. Les miens aussi aiment le brocol’ comme ils disent. Ils aiment les légumes en général et si je veux leur faire un suuuuuper plaisir, je leur fait un potage à la courge butternut! En fait, mes enfants se nourriraient exclusivement de légumes si je ne leur faisais pas de temps à autre mon boniment pro-protéine! J’essayais de me rappeler de ma lointaine jeunesse et les légumes, ce n’était pas, il me semble, mon truc favori. J’ai un vague souvenir de demander à ma mère de mettre du beurre et du sel sur mes carottes pour accepter de les manger. Des carottes cuites. Bouillies. Molle. OUA-CHE! Parce que dans les faits, ce n’est pas les légumes que je n’aimais pas, mais les légumes bouillis, mous, sans texture ni goût. Et je n’aime toujours pas ça! Parce que c’est abject, tout simplement! Je ne sais pas pour vous, mais je pense que c’était surtout le brocoli mou et jaunâtre à force d’être trop cuit qui était l’aliment dégueulasse par excellence. Et ça l’est toujours, jamais je n’infligerais ça à mes enfants. Ma marguerite Trudeau est donc la meilleur ami du légume cuit dans ma chaumière depuis de très nombreuses années. On en a même acheté une à ma belle-mère pour qu’elle arrête de nous servir des affaires mollassonnes et répugnantes au souper. En vérité, je vous le dis les amis, si vos enfants rechignent sur le brocoli, c’est peut-être parce qu’il est trop cuit!!

Advertisements

J’ai trouvé mon fermier!

Cette année, je ne suis pas en avance, mais au moins je ne suis pas en retard non plus. Cette année, j’ai trouvé mon fermier! Nonon, je ne lâche pas mon petit barbu pour devenir gentlewoman farmer. Mais je deviens partenaire d’une ferme bio dans le cadre du programme d’agriculture soutenue par la communauté. J’avais déjà fait ça, il y a quelques années et ensuite ça n’avait plus adonné. Mais cet été, on s’est dit: ça va faire le gniaisage! Alors, après quelques couriels, j’ai trouvé mon fermier. Il semble gentil, a une belle variété de légumes, herbes et fruits et livre ses bons légumes bios juste à côté de la garderie de Babe, alors bingo. Je vous invite à aller faire un tour sur le site d’Équiterre si ça vous intéresse. Ça reviens peut-être un peu plus cher que des « products of USA » de l’épicerie, mais c’est frais, c’est bio, c’est éthique, c’est local et ça a un bon p’tit goût de bonne conscience.
Alors qu’est-ce que vous attendez pour trouver votre fermier!

***

Dans un tout autre ordre d’idée… Cet hiver, lors de la pire tempête, le boss de mon chum l’a envoyé, lui et des collègues, travailler à Baie-St-Paul. J’étais très fâchée, je trouvais ça dangereux et complètement imbécile. Il n’est rien arrivé. Et puis mercredi, comme ça, par une belle soirée de printemps, des collègues de mon chum qui revenaient de Baie-St-Paul se sont pétés la yeule en char. Un mort, 2 blessés, grave mais qui vont s’en tirer. Le conductrice de l’autre véhicule est décédée aussi. Je sais que c’est ridicule, que mon chum peut aussi se tuer en allant acheter du pain au dépanneur, mais, ça m’a fait lever le poil sur les bras quand même. Parce que, logique ou pas, je me suis quand même dit que ça aurait pu être lui.