Win/Fail de piste cyclable

Ces temps-ci je cours pas mal sur la piste cyclable, je rencontre pas mal de ‘dividus qui marchent, courent, patinent, pédalent. Je vous fait 2 petites mises en situation, tirées de faits vécus en fin de semaine, pour que vous sachiez quoi faire, si nécessaire.

#1. Une petite madame court avec son bébé dans la poussette, vent dans la face, découragement total, 15 km à faire. Vous la dépassez en courant et vous vous retournez pour lui dire: « C’est beau » avec le pouce en l’air avant de poursuivre votre route : WIN, WIN, WIN! La madame va finir sa damnée course avec le sourire. Ne doutez jamais du pouvoir d’un petit « good job » bien placé.

#2 Une petite madame fait des intervalles par 32 degrés avec humidex, elle est surement rouge comme une tomate, elle sue et probablement qu’elle pue. Vous êtes en vélo et, sans doute conquis par son galbe de mollet avantageux, vous décidez de ralentir pour jaser. TOTAL FAIL. Je ne suis pas d’un naturel très sociable en partant, mais me faire des amis quand je suis en train de suer à grosses gouttes, c’est non. Juste non.

Ce sera tout.

Advertisements

Poivron de la marde

Je suis une personne quand même judicieuse, dans le choix de mes blagues par exemple. Mon chum me fait encore des gros yeux, mais il a renoncé à faire de moi une personne présentable. La semaine dernière, j’y suis allée d’une de mes savoureuses blagues justement.

– Heille, les enfants, êtes-vous capables de me nommer 4 sortes de piments?

Fiston: ben, piment fort… Pis euh… Je sais pas.

– Nenon, des couleurs de piments?

Fiston: tu veux surement dire des couleurs de poivrons?

– ah seigneur, oui, je veux dire des couleurs de poivrons, mais on va dire piment pour les besoins de la cause!

-Fiston: ben pourquoi tu dis piments si tu parles de poivrons?

– Là tu m’exaspères, jeune homme!

(Je vous jure, mes enfants  sont vraiment gossants comme ça pour vrai.

– C’parce que je veux faire une blaaaaague! Fait qu’il y en a ti un qui va me répondre bondance??

– euh…. Rouge

– euh…. Vert

-euh… Jaune.

– Je vais vous le dire moi: piments rouge, piments jaunes, piments verts, pimange d’la marde. Haha, comme je suis drôle. Défense de répéter cette blague à l’école ou en public.

*gros yeux de chéri*

Ce midi, Cocotine me demande: Heille, c’est quoi donc ta blague de poivrons?

-Désolée, je ne la répète pas, t’avais juste à bien écouter!

– Cocotine: c’était pas: poivrons rouges, poivrons jaunes…. Euh… Pis fourre-toi les dans l’cul!

Fait que j’ai failli pisser dans me culottes.

Des Adieux

Parce que la vie est quand même capable d’être salope quand elle veut, après avoir perdu mon père, la vie a décidé de m’en enlever un deuxième. Mon vieux bum, qui était devenu le mari de ma mère a été emporté par le cancer il y a une semaine. J’oscille depuis entre la peine, la colère et l’incrédulité.

Comme plusieurs personnes m’ont demandé une copie de mon speech de funérailles, je le copie ici, ça va être moins de troub’.

Alors voilà:

Il y a environ 12 ans, j’étais ici et je m’apprêtais à faire la même chose que présentement pour les funérailles de mon père. Croyez-moi que je m’en serais bien passé. Mais, compte tenu des circonstances, je ne pouvais pas ne pas prendre le micro pour dire quelques mots pour Simon.

Je me souviens très précisément de notre première rencontre. C’était lors de l’anniversaire de mariage de Pat et Roger, il y a une dizaine d’années. Je n’étais pas vraiment invitée, mais comme je ne me prive jamais d’un lunch gratis, j’ai accompagné ma mère. Quand on a croisé Simon, il a lancé à maman :

– C’est ti la fille à Lulu?

Avec son grand sourire et ses beaux yeux bleus.

Je pense qu’on s’est aimé dès ce moment-là.

Quelques minutes plus tard, j’ai dit à ma mère :

-Simon, ça te ferait un beau chum!

Elle a répondu oui, avec un petit sourire gêné. Il était irrésistible, notre Simon.

Ça été un running gag dans la famille pendant 2 ans, jusqu’à ce que ça devienne, effectivement, son chum.

Je me pète les bretelles depuis ce temps, disant à qui veut l’entendre que c’est grâce à moi qu’ils étaient ensemble.

Simon est arrivé dans notre famille comme s’il avait toujours été là. Il nous a adoptés et on l’a adopté. Instantanément. On se demandait comment mes enfants allaient l’appeler : Grand-papa? Papi? Finalement, c’est mon fils ainé qui, tout naturellement, l’a baptisé Papou. De Sam qu’il était pour tout le monde, il est devenu pour nous, Papou.

Des 8 ans que Papou a passés dans notre famille, je retiens un nombre incalculable de niaiseries, d’éclats de rire et d’amour. Je n’oublierai jamais ton grand cœur, ton regard pur et ta bienveillance à mon égard.

Je t’ai aimé comme un père et je suis heureuse que mes enfants aient eu le privilège de t’avoir dans leur vie.

Je vous laisse sur ses mots : « Gardez votre sourire, ça vous fait ben! »

Salut Papou!

Veille sur ma mère!

J’espère qu’y vendent d’la .5 au ciel.

Si on n’était pas dans une église, j’te dirais que je t’aime en tabarnac, mais je vais me garder une petite gêne.

Love you.

IMG_5207-1

IMG_2552

D’la poutine!

C’est l’histoire de 2 parents qui avaient vraiment envie d’une poutine, mais, n’assumant pas trop, voulaient se convaincre que, dans le fond, ils calleraient de la poutine pour faire plaisir à leurs enfants.

Heille, les mox, vous avez le droit de choisir ce que vous voulez pour souper, toute, toute, toute, même si c’est pas bon pour la santé. Vous choisissez quoi?

Wimblu: du pâté chinois.
Cocotine: du pâté chinois.

Parents: ok ok, ben n’importe quoi, SAUF du pâté chinois. Ça peut être PAS.BON.POUR.LA.SANTÉ.

En chœurs : de la salade!!!

Seigneur!! Ben mangez de la salade les zinfins! Nous on se call de la poutine!

Bébé bras

Je m’explique mal que des gens se plaignent d’avoir des bébés bras. Me semble que quand tu viens d’expulser une petite chose, t’as juste le goût de t’ça, l’avoir dans les bras. Tout le temps.
« Oui, mais j’ai rien le temps de faire dans la maison! »

T’aimes mieux faire la vaisselle que bercer ton Babe? Sérieux?

Moi, je trouve que: « chéri, c’est le bordel dans la maison, désolée j’ai joué à CandyCrush toute la journée, rien eu le temps de faire », ça passe pas super bien.
Par contre, « chéri, c’est le bordel dans la maison, désolée, ton fils était grognon aujourd’hui, je l’ai bercé toute la journée », ça passe très très bien. Et rien n’empêche de jouer à CandyCrush en berçant. Tsé.

IMG_1325.JPG

Gustave ou le bref récit d’une grande rencontre

Je suppose que les rares lecteurs ici même égarés doivent se douter que bébé est né, depuis l’temps! Ben oui, il est né!

Mon petit bonhomme tout rond était attendu vers le 8 juin. Je n’avais jamais dépassé ma DPA alors depuis le début du mois, on s’attendait à son arrivée… qui n’arrivait pas! Le 10, j’ai eu un bon épisode de contractions rapprochées, je croyais que ça y était, mais non. Le 11, rien, pas l’ombre d’une contraction. On ne pense pas lui voir la binette ce jour-là. Je dis à la blague à mon chum qui revient du bureau que c’est peut-être juste le calme avant la tempête… la suite m’aura donnée raison.

17h45: je prépare le souper. NOOOON, chéri, je viens de crever mes eaux dans mes souliers!
Pas de contractions, on fait quoi? À la vitesse à laquelle j’ai l’habitude d’accoucher, on est mieux de s’organiser, au cas où ça déboule vite. Appelle ma belle-mère pour venir chercher les enfants, appelle la sage-femme.
Je suis nerveuse… j’ai peur que ça aille trop vite, ou qu’au contraire, il ne se passe rien du tout.

Je commence à avoir des mini contractions vers 18h, ça ne fait pas mal, c’est très espacé, mais au moins il se passe quelque chose.

18h45: La belle-mère et la sage-femme arrivent. Gros becs les enfants, on vous appelle quand votre bébé frère sera né.
Toujours pas grand chose côté contractions, mais il me semble qu’elles se rapprochent un peu.

19h: Les contractions se rapprochent un peu et augmentent un peu en intensité aussi, mais pas trop, c’est doux et graduel. J’ai chaud, j’ai soif. J’ai du boire un litre de thé glacé en 10 minutes. Tranquillement, je sens que le travail avance, je reste debout dans la salle de bain appuyée sur le comptoir et je me balance doucement quand j’ai des contractions. Je suis dans ma bulle, je suis bien.

19h30: J’ai 2-3 contractions vraiment douloureuses, mais ça se gère très bien, je me balance toujours dans la salle de bain.

19h45: Je sens que ça pousse, vient-en mon bébé! Je me déplace dans ma chambre, je me mets à genoux par terre appuyée sur mon lit. Quand Iris est née, j’avais tellement regretté de m’être couchée. À genoux, je suis si bien. La sage-femme mets en oreiller entre mes cuisses et me dit que j’ai juste à le laisser glisser quand il sera prêt à sortir. Je sens que ça pousse à 2-3 reprises, je vais toucher sa tête qui est toute proche, il est presque là.

20h: Sa petite tête sort, chéri me dit qu’il est plein de cheveux et qu’il est beau. Je me peux pu, je vais te tenir dans mes bras dans quelques secondes.

20h04: Tu es là, tout rose, dans mes bras. Gustave.

7 lb 3 de gros bébé, pour une fille qui avait 32 cm de HU à 40 semaines, pas pire pantoute!

Je n’aurais pas pu rêver de plus bel accouchement. Moi qui avait peur de ne plus me rappeler comment faire, ou d’être rendue trop vieille pour accoucher!! 30 minutes de travail actif tout au plus, mais avec une intensité qui est arrivée super graduellement.

Toute la famille est folle de ce petit mec.

Le voici, Grupette-du-pet:

Gus1 Gus2 IMG_4619-1 IMG_4632-3

39!

Mine de rien, je suis rendue à 39 semaines de grossesse! Je ne suis pas très grosse, ni tannée, ni rien. Peut-être un peu mal au cul si je marche trop, mais sinon, top shape. Tout le monde semble prendre pour acquis que je DOIS être tannée. Ben, non, désolée. J’ai quand même hâte de voir la binette de Monsieur-Bébé, les enfants se peuvent tout simplement pu et mon chum me supplie d’accoucher cette semaine parce qu’il est tanné de travailler! J’fais mon possible. Aucun signe avant coureur que ça pourrait arriver sous peu, mais j’en ai jamais eu non plus. Je suis plutôt du genre 1ere contraction à 8h10, accouchement terminé à 9h15… Je sais, je sais, vous êtes jalouses. Si je vous dis que je rentre encore dans mes robes de pas-maternité x-small vous z’êtes encore plus jalouses j’gage. Que voulez-vous, génétique favorable. Pour être franche, je passerais ma vie enceinte, alors comme c’est la dernière fois, ça peut ben durer encore quelques jours. Image

DIY: Savon à face au tea tree

Depuis un certain temps, je me lave la face avec du savon au tea tree, je me crème au tea tree, je me fais des masques au tea tree. C’est à peu près la seule affaire qui me permet d’avoir un certain contrôle sur mon (esti) d’acné (à marde). Je suppose que si j’ai encore l’air d’une ado full hormones à 35 ans, j’en ai pour le reste de ma vie à gérer de l’acné. J’utilisais ces produits que j’aimais bien, mais dans ma nouvelle lubie de me gosser des produits, j’ai décidé de m’en faire moi-même, parce que je suis capable, bon. Pinterest à la rescousse, j’ai cherché quelques recettes et j’ai fini par en mixer 2. Je suis assez satisfaite du résultat! Ça sent bon, ça mousse et ma face à l’air propre. Pour ce qui est des propriétés anti-acné, dur à dire pour le moment: enceinte, j’ai une peau splendide. Si vous pensez que je suis donc chanceuse d’être full pétard enceinte, je tiens a spécifier que je passe ma vie avec la peau grasse et des boutons et que je mérite franchement 9 mois de trêve de temps en temps! Alors votre jalousie, hein!

Donc, recette!

Ça prend:

Une bouteille vide de savon mousse

Du savon de Castille (Dr Bronner’s), j’ai pris celui au tea tree

HE de tea tree

Huile de jojoba (mon chum appelle ça du jalabo, moi, je trouve ça drôle)

Image

1. Versez 1/4 tasse de Dr Bronner’s dans une bouteille de savon mousse.

Image

2. Ajoutez 10 gouttes d’HE de tea tree et 2 c. à table d’huile de jojoba

Image

3. Remplir le reste de la bouteille avec de l’eau (1 t. genre). On suggère souvent de l’eau distillée, je ne vois pas trop ce que ça peut changer étant donné que je me lave la face avec l’eau du robinet de toute façon. Vous y allez comme vous le sentez!

Image

4. Enjoy la belle mousse!

Image

Tant qu’à parler de cute

Deux billets dans la même journée: je suis déchaînée aujourd’hui!

De un, je fais du ménage sur ce blog depuis quelques semaines et tantôt, je suis tombée sur ce billet écrit en mars 2008:

https://ysaetmarius.wordpress.com/2008/03/17/suspendre-pour-secher/

Et bien, en date du 1er mai 2014, j’ai toujours les mêmes rideaux 20 centimètres trop courts pis j’m’en sacre.

***

Mais, c’est pas ça le but de ce billet. Ce dont je veux parler, c’est de cuteness. Wimblu a toujours l’expression cute pour nous faire craquer tel que mentionné précédemment. Babe est pas pire non plus dans cette catégorie. Pour Pâques, depuis quelques années, on fait pousser des bonbons. On plante des mini oeufs Cadbury et ensuite, magie, il pousse des nananes. La semaine dernière, j’ai surpris cette conversation entre Babe et Cocotine:

Cocotine: C’est même pas vrai que les bonbons poussent, c’est sûr que c’est maman qui les met là quand on dort!

Babe: Chuuuuuuuut! Dis pas ça! Je sais ben que c’est pas vrai, mais maman fait tellement d’efforts pour qu’on pense que c’est vrai que je pense qu’on devrait faire semblant qu’on y croit pour lui faire plaisir.

Cocotine: ok!

J’ai fait semblant de ne rien avoir entendu pour pas briser leur petit secret. Tsé, quand je dis que c’est mes enfants les plus cute, c’est pas par manque d’objectivité: c’est réellement les plus cute!

 

Yé quelle heure!

Chez-nous, il n’y a pas de cadran qui sonne. Mes enfants viennent me tirer hors du lit lorsque l’heure idoine a sonné. En général, entre le « lève-toi maman » et le moment où je me lève réellement, il se passe… hum… un certain temps pendant lequel mes enfants ont le temps de se dire fuck-off et de se faire à déjeuner tout seul. De toute façon, je ne peux pas me lever, parce que Wimblu est couchée avec moi et qu’elle veut se coller. Tsé, comment refuser. Cette Wimblu a d’ailleurs une façon assez mignonne de nommer les choses dans la vie, elle nous fait souvent craquer avec ses expressions sorties de nulle part. Ce matin, on flânait au lit depuis trop longtemps, alors je lui demande quelle heure il est (mes yeux myopes ne voient pas jusqu’au cadran). Elle regarde et dit: « Il est sept heure dix-….. ah, le cadran vient de changer d’idée. » C’pas l’heure qui change, c’est le cadran qui change d’idée.

Non, mais avouons que c’est cute!