Cocotine, la machine!

Il y a des moments de grand drame dans la vie d’une mère de famille. Par exemple, faire entrer toute la progéniture dans son suit de ski-doo respectif en vue d’une sortie. Bon, dans ma vie à moi, ça n’a jamais été un si gros drame, il y a juste bébé qui se cache sous la table « pake moi reste ici » ou qui veut sortir en bobettes à -1000 « pake moi pas froid booooon. Non, chaud, chaud. » Heureusement pour moi, j’ai engendré une machine. Cocotine Ze machine. Cette enfant est une vraie bénédiction dans une maison! Non seulement elle ramasse le salon sans qu’on lui demande, aime plier le linge et pleure si j’ai le malheur de demander à quelqu’un d’autre qu’à elle de me rendre un service, mais en plus, le matin, elle opère! Pendant que je suis encore en train d’essayer de me décoller les yeux à grand coup de caféine, Cocotine, elle, avance dans la vie! Je lis le journal, Cocotine s’habille. Je me verse encore un peu de café, Cocotine se fait une couette. Je cherche du linge propre, Cocotine se brosse les dents. J’essaie de retrouver le sac d’école, Cocotine mets tuque, bottes et manteau et attend sagement à côté de la porte que tout le monde soit prêt!

On en prendrait une caisse des comme ça!
« Mamaaaaaaan, si on est ENCORE en retard à l’école, ça va être ENCORE de ta faute! »
Moi, je ne suis pas une machine!

Belle enfant. Elle arrive à 5 ans ma Cocotine… bientôt l’école. C’est fou d’même la vie!

Va chier, salope!

Je suis en crisse ces temps-ci! Je ne sais pas si c’est les hormones de mon stérilet qui me font cet effet-là, mais je me retiens de ne pas péter des coches sur une base régulière. La semaine passée, j’ai passé la semaine à me suggérer de me fermer la yeule, mais des fois, mon humeur sent le besoin de s’extérioriser. Genre aujourd’hui.
À l’école de mon fils, il y a d’autres enfants. Et, ces enfants-là ont des parents. Pour la plupart des sales cons, si vous voulez mon avis. Je les écoute parler et j’ai envie de vomir souvent! Et tout le monde sait qu’un sale con qui conduit un sale char, c’est un sale con exponentiel. Malgré les messages chaque semaine dans le sac d’école pour nous rappeler les endroits interdits de stationnement et les règles de sécurité élémentaires, les sales cons comme la pieuse mère de Ti-Voisin se stationnent n’importe où et n’importe comment. Hier, j’étais en crisse, comme tous les autres jours, et me dirigeant sur le trottoir avec ma grosse poussette et mes 3 rejetons pour aller dumper le plus vieux dans la cour d’école, je vois, comme tout les autres jours, un con stationné à moitié sur le trottoir. Ça. Me. Fait.Chier. Je me disais, comme ça, ce serait donc plate que les roues de ma poussette, qui est très usée, refusent de tourner et que BANG je fonce dans un gros pick-up de gros con. J’avais le goût, mais j’avais peur de briser ma poussette plus que le gros pick-up alors j’ai frôlé la machine en espérant quand même le scratcher un peu. Mais, aujourd’hui, j’ai eu mon occasion de rêve. Je vais porter Babe à l’école après dîner avec la gang et la grosse poussette. En partant, juste derrière moi, une conasse s’était stationnée. Dans une zone interdite. Sur le trottoir. Avec sa fucking portière ouverte. Elle me barre complètement le chemin et à ce que je sache un trottoir ça sert à marcher, pas à mettre son ostie de char! Elle voit bien que je ne peux pas passer, mais elle reste là, sans même fermer sa portière, ce qui m’aurait laissé une petite chance de passer. Ben crisse, tant pis pour toi vieille folle! J’ai poursuivi mon chemin en lui passant sur le pied avec ma poussette! Je lui ai lancé un genre de faux « excuse » avec ma face de « Va chier, salope! ». Elle m’a fait une face de genre « Va chier toi même ». J’ai ris. Satisfaite. Ou presque. Je regrette juste de ne pas avoir arraché sa portière!
Tenez-vous le pour dit: Ne pas contrarier la tite mère!