Raël chez les Playmobils!

Je ne sais pas qui de Babe ou Cocotine a entrepris de mettre le flasque de rhum du pirate sur la tête de la jardinière, mais j’ai trouvé le résultat cocasse!!

Bonne fin de semaine sous le soleil

Advertisements

Comment déjouer un papa sourd selon Cocotine

C’est arrivé chez nous il y a quelque temps et je ris encore lorsque j’y pense, alors aussi bien partager l’anecdote.

Combat opposant une petite coquine de 2 ans à son père de 30 ans muni d’une paire d’oreilles peu performante.

Papa est seul à la maison avec Cocotine. Il s’affaire à sa job de père de famille, c’est-à-dire faire le ménage pendant que je magasine avec Babe! Tout à coup, il constate que miss Cocotine n’est pas dans les environs et qu’il ne l’entend pas non plus.

Papa: Cocotine, t’es où?

Cocotine: J’uis cachée!

Papa monte au 2e.

Papa: Cocotine?

Cocotine: J’uis cachée! Hihihihihihihi!

Papa, muni de ses oreilles n’a aucune idée d’où vient la voix de Cocotine. Il se dit qu’elle doit être dans la garde-robe de Babe car elle s’y cache souvent. Ouvre la garde-robe? Rien.

Cocotine: J’uis cachée. Hihihihihihihihihihihihihihihi!

Papa est confus! Il est peut-être sourd, mais pas aveugle et le son de la voix de sa fille lui semble proche, pourtant, elle n’est pas dans la même pièce que lui sinon, diantre, il l’a verrait!!

Papa change de pièce.

Papa: Cocotine?

Cocotine: J’uis cachée! Hihihihihihihi!

La voix est plus éloignée lorsqu’il sort de la chambre de Babe, mais faut-il diable se fier à ces oreilles?!

Retour dans la chambre de Babe, papa doute de son équilibre mental et se demande somment il peut se faire avoir de la sorte par une si petite fille. Jusqu’au moment où… il voit un livre qui bouge par terre… le soulève pour trouver: Une Cocotine morte de rire qui vient de se payer la tête de son paternel et d’aplomb. La p’tite tannante s’était caché en dessous d’une couverture qui traînait par terre et s’était mis un livre dans la face. Cachette parfaitement adaptée à sa minusculitude. Vu le bordel qui règne, une couverture et un livre par terre n’ont rien pour attirer l’attention d’un papa.

J’aurais aimé voir la scène… Priceless comme on dit!

Question de point de vue!

Revenant de la Gaspésie lundi matin on s’est retrouvé dans une tempête de neige au sortir de la Vallée de la Matapédia et, petit dérapage, on a abouti dans l’champ. Les enfants qui dormaient ne ce sont rendus compte de rien, ça n’a vraiment pas tapé fort, mais visiblement assez pour que le Honda soit en convalescence à Rimouski pour une durée indéterminée (au moins 10 jours et quelques mille$$ de dommages). Personne n’a mal nulle part, alors un char écrapou on s’en fiche, mais disons qu’on se serait bien passé du désagrément et d’être pogné avec une Nissan pépère! Mais, il y en a un qui a sans doute passé le plus beau jour de sa vie en ce lundi: j’ai nommé Babe! Monsieur Babe, voyez-vous, a fait un tour de char de police et en a profité pour raconter sa vie à la policière (hein? Mon timide de Babe??), à la suite de quoi il a mangé de frites et des croquettes de poulet au seul resto qui se trouvait à proximité du crash. Il sautait sur sa chaise en chantant « On est au restaurant, on est au restaurant »…
Du gros fun noir!!

Les banlieusards au travail!

C’est certainement pas la pluie qui va décourager mes deux petits banlieusards favoris dans l’atteinte de leur objectif: pelleter leur banc de neige!

Et tant qu’à transférer des photos, une petite bédaine de 15 semaines! Autant ça a grossit vite au début, autant là: plus rien! En comparant avec une photo de 11 semaines, je me demande si je n’ai pas rapetissé!

Et puis, une petite dernière… voyez que quoi ça a l’air une petite démonette coquette le jour de ses 2 ans!

***

Ça n’a absolument aucun rapport, mais je viens de recevoir mon compte d’Hydro et… nos paiements égaux ont encore baissés!! Sommes-nous les seuls au Québec a avoir des comptes d’Hydro toujours plus bas???

Le syndrome de Manolo

Depuis un certain temps, il y a un truc qui me dérange, qui m’enlève le goût de lire des blogs ou d’écrire sur le mien. Je n’arrivais pas exactement à mettre le doigt sur le ou les choses: bang! Révélation! J’ai lu ce texte, et ça m’a sauté au visage. Le texte ne parle pas exactement de ce que je ressentais et le texte « visé » n’était pas nécessairement représentatif non plus de ce que je ressentais et qui devenait si claire, mais ça a quand même fait bingo dans ma tête: le syndrome de Manolo. Qu’est-ce que le syndrome de Manolo: la tendance a crier PERSÉCUTION à tout propos. Ça. M’énerve! Je ne doute pas que des mères jugent d’autres mères, mais j’ai remarqué une tendance assez lourde a entendre des jugements dans chaque mot, chaque question, chaque désaccord. On ne peut plus dire qu’on allaite sans se faire dire « C’est ça, c’est ça, tu me juges » par une maman qui n’allaite pas. Et c’est pareil pour n’importe quoi, les couches, la nourriture, la façon d’endormir les enfants, et, la plus drôle, avoir ou non la péridurale. Je ne connais pas la réalité de toutes les régions, mais à l’hôpital où j’ai accouché, le taux de péridurale est de 90%… c’est passablement écrasant comme majorité alors franchement, se sentir persécutée parce qu’on a pris la péri, je trouve ça un peu poussé!! Un autre truc aussi que j’ai lu souvent concerne l’allaitement exclusif pendant 6 mois. Le fait qu’une seule once de préparation nous mette dans la catégorie de l’allaitement mixte semble en offusquée plus d’une. Euh… Pourquoi? Qu’est-ce que ça peut foutre?? C’est juste des chiffres, des statistiques, en quoi c’est si offensant de se faire ranger dans les non-allaiteuses exclusives? Je ne comprends pas. Persécution, les statistiques disent que je n’ai pas allaité exclusivement 6 mois parce que mon bébé a eu 2 onces de préparation à l’hôpital! Come on!!
Oui, il y a des gens qui jugent. À propos de tout. Il y a des allaiteuses qui jugent les biberonneuses et, je vais peut-être vous causer un choc ici, mais il y a tout autant de biberonneuses qui jugent les allaiteuses. Il y a des professionnels de la santé qui poussent peut-être un peu trop pour l’allaitement, comme il y en a qui pousse peut-être un peu trop sur les biberons. Il y a des jugements sur l’accouchement médicalisé, sur l’accouchement avec sage-femme, sur le fait de prendre ou non des cours prénataux, sur le fait d’utiliser des couches lavables ou jetables, de faire ou d’acheter ses purées, de laisser pleurer ou non, d’allaiter pas assez ou trop longtemps, pas assez ou trop souvent, de faire manger trop tôt ou trop tard, de mettre ses enfants propres ou de les laisser le devenir. Tout et rien est matière à jugement, oui, mais je persiste à croire que le jugement est souvent dans l’oreille de celui qui entend le commentaire. Pourquoi certaines se sentent jugées par un commentaire qui ne dérangera aucunement une autre personne? Si une personne me voit avec ma grosse bédaine boire une bière (sans alcool) et me dis « Hein? Tu bois de l’alcool enceinte? » je serais supposée me sentir jugée?? C’est juste une question et comme je suis dotée de la parole, je suis capable d’y répondre sans que ce soit par « Mêle-toi donc de tes affaires » « Ben oui, c’est ça je suis une mère indigne »! Même chose concernant les commentaires sur nos façons de faire comme maman. Là ou certaines sentent le jugement, il n’y a que surprise, curiosité et aussi, pourquoi pas, désaccord. Confronter des idées n’égale pas juger. Il me semble que lorsqu’on est à l’aise avec ses choix et confiante, l’opinion des autres ne nous atteint pas et qu’on est capable de défendre nos convictions et nos valeurs. On a toutes jugées et on a toutes été jugées un jour, c’est la vie, on est tous des êtres humains. Qu’il y ait jugement ou non, qu’est-ce que ça peut bien faire?? Qu’on s’assume et voilà. Des fois, ça devient tellement ridicule qu’on ne sait plus trop si on est jugée ou jugeuse. Un exemple: la maman d’un ami de garderie de mon fils à qui je parlais de temps à autre. Un moment donné, au moment où ma fille commençait la halte garderie, on jase de ça et j’ai le malheur de dire que je ne sais pas comment ça va se passer car elle est toujours allaitée (elle avait un an) et qu’elle n’a jamais bu autrement qu’au sein. La maman me répond avec un air des plus bêtes « Moi, en tout cas, j’allaite pas » et elle ne m’a plus jamais adressé la parole. J’en ri un bon coup quand j’y repense, ne sachant si elle me juge d’allaiter encore à un an ou si elle se sent jugée parce que je dis que j’allaite et qu’elle n’allaite pas. Mystère et boule de gomme.
Donc, c’est dit: tout ceci m’exaspère! Je peux comprendre que tout le monde a des mauvaises journée et que parfois une question ou un regard peut nous faire de la peine, nous remettre en question. Ben oui, moi aussi ça m’arrive. Je comprends aussi qu’on peut ressentir de la culpabilité (sujet à venir, le droit à la culpabilité, tsé on peut tu juste se sentir coupable tranquille sans se faire dire sans arrêt t’as pas à te sentir coupable?! Ça aussi ça m’exaspère, me faire dire comment je devrais mes sentir, enfin, j’y reviendrai!) à propos de certaines choses qui ne se sont pas passées comme on le voulait et que c’est normal d’être plus « sensibles » sur ces sujets le temps de faire notre deuil. Mais, ça m’exaspère de toujours devoir faire attention à mes paroles pour ne pas persécuter personnes. Ça m’exaspère qu’on m’accuse de juger alors que je ne fais que parler de mon expérience personnelle. J’ai tu le droit de dire que je ne me suis jamais senti aussi femme qu’en accouchant sans me faire jeter au visage que je trouve que les femmes qui ont une césarienne ne sont pas des vraies femmes?!
Je me censure sans arrêt, ma liberté de parole n’est pas respectée: PERSÉCUTION! (ben quoi!)

Bonne fête Cocotine!!

2 ans. 2 ans de p’tite bonne femme. Ça passe tellement vite. Tu nous en as fais voir en 2 ans. Tu es arrivée comme un zeste dans nos vies, avec ton caractère bouillant, ton rire contagieux, ta coquinerie, tes nombreux cayins (calins). Tu parles tellement, on n’en revient pas chaque jour de tes belles phrases, de tous les nouveaux mots que tu apprends. Tu es si belle, si pleine de vie, qu’on oublie vite tes petits caprices de princesse. Tu es une vraie petite maman, tu berces tes poupées, leur chante des berceuses. Tu adores faire des casse-tête, des châteaux en bloc et… faire fâcher ton grand frère, ton fidèle complice. Je suis tellement fière de toi ma belle, tellement. Je sais déjà que je n’ai pas à m’en faire pour toi, tu feras ton chemin dans la vie, tu trouveras ta voie. Tu vas en surprendre plus d’un je crois, car ton petit visage d’ange cache une détermination hors du commun.

Je t’aime mon ouistiti, ma nikmounik, ma Cocotine, mon bébé d’amour

J’en profite aussi pour souhaiter bonne fête à Corinne et, un peu en avance à Petit Bonhomme, Bobo et Madox… juillet est fertile en accouplement!!

L’évolution d’une Cocotine

Bon appétit!

Hier soir, pendant qu’on écoutait la 1ere période avant le dodo moi et les enfants, je vois Babe se mettre quelque chose dans la bouche.

Moi: Qu’est-ce que tu manges?

Babe: Une crotte de nez!

Moi: Hein? Tu manges une crotte de nez??

Babe: Oui, É. à la garderie, il mange ses crottes de nez et il dit que c’est bon!

Moi: (dans ma tête: esti) Euh… non! Si É. te dit qu’il se régale de boue, de gazon, et de morceaux de bois vas-tu en manger toi aussi??

Babe: Non!

Moi: Ben, c’est pareil.
On mange pas ses crottes de nez.
Ouache.
Pis tu diras à É. de ma part qu’il est dégeux!
Bon.
Non mais.
Fin de la discussion!
***

Ce matin après déjeuner

Babe: Maman, moi je vais être gentil aujourd’hui à la garderie et je ne mangerai pas mes crottes de nez.

Moi: (message passé) Su-per!