La grasse matinée

Je suis une grosse dormeuse et une grosse paresseuse. Mon homme aussi. Et, fort heureusement, Babe a hérité de ces belles qualités! Quand j’étais enceinte, je me disais que j’allais profiter de ce temps sans enfant pour faire le plein des petits matins tranquilles, des lever à 10h, des déjeuner qui s’étirent jusqu’au dîner. Et bien, Surprise! Les grasses matinées sont peut-être un peu moins grasses, mais elles existent toujours. Il y a des gens qui appellent ici à 8h le samedi matin, en se disant: Ils doivent être debout, ils ont un bébé. Erreur! Ici, le samedi matin à 8h, tout le monde dort. Ce n’est pas comme ça tous les matins, bien sûr. Mais les matins comme ce matin sont de vrais petits moments de bonheur. Moi et mon chum nous sommes ouverts les yeux vers 8h30, toujours pas de gazouillis du côté de monsieur Babe. Il s’est réveillé à 9h les yeux pétillants et le rire coquin. Et après un gros dodo, quoi de mieux que de déjeuner pendant loooongtemps, boire son déca douuuucement, lire son journal trannnnquillement. Pendant que Babe mange ses toasts, lance ses toasts, me donne des bouchées de ses toasts.
Des petits matins en famille comme ça, c’est génial.
Et un Babe qui se lève à 9h, c’est génial!

C’est la journée de questionnaires!

Alors répondons!
Pris chez Chocolyane

1- Au dodo genre cuillère ou genre solitaire? : Solitaire. Collée, j’ai trop chaud. On va finir comme un vieux couple qui fait chambre à part, j’te gage!
2- Ce que dirait de toi ton ( ou ta) meilleure amie? : Ma meilleure amie: « T’as beau accoucher chez vous, mais invite-moi pas, ok! »
3- Dans le doute tu…? : Frenches! C’est notre devise à moi et ma soeur… dans le doute, frenche.
4- Le pire défaut selon toi? : La bêtise!
5- La plus belle qualité que doit posséder l’élu(e) de ton coeur? : La culture
6- Le film le plus poche que tu as vu? : Sign
7- La première chose que tu fais en te levant le matin? : Mettre mes lunettes et courir faire pipi.
8- Qu’est-ce qu’il y a présentement derrière toi? : Une porte
9- La dernière personne avec qui tu as parlé? : La responsable du secteur Art et musique à la bibli
10- À qui lancerais- tu une tarte en plein visage? : Aux étudiants qui pensent que j’ai juste eux de qui m’occuper.

Comme ma maman

Mon petit Babe d’amour est plutôt drôle ces temps-ci… il joue à la maman avec moi!!!
Quand il boit, il me tend son gobelet pour que j’en prenne une gorgée
Quand il mange, il me tend des morceaux pour que j’en mange
Quand je cuisine, il faut qu’il soit debout à côté de moi avec un bol et une cuillère
Quand je fais la vaisselle, il est sur une chaise entre moi et le lavabo avec sa mopette.

C’est tellement adorable. Et il imite, il imite…

Quand on se peigne, il se peigne
Quand on tousse, il tousse
Quand il prend une gorgée de lait, il s’est mis à faire « aahhh » en terminant, comme s’il avait été hyper assoiffé

Et quand il mange… il met ses pieds sur la table! Bon, oui, je fais ça des fois, mais je suis sûre, sûre, sûre à 100% de n’avoir jamais fait ça devant lui. Ça je crois que c’est génétique, héhé.

Babe le singe!

Grâce à Oknotok, j’ai découvert les délicieux costumes d’Halloween de Old Navy… Ils sont arrivés!!! Alors pour Chocolyane qui se peut pu et pour les autres aussi, voici mon petit singe d’Halloween. Désolé pour la qualité, ce sont des captures de ma caméra vidéo.

Que d’argent dépensé pour rien, mais que de cuuuute!

À qui l’p’tit coeur après 9h.

C’est à moi!!
Il bat pour vrai mon p’tit coeur. Je l’ai entendu. Même émotion que la première fois, tellement magique. Je l’aime encore plus fort, parce que je sais qu’il est là pour vrai maintenant.
Moi et Babe sommes allés à St-Romu ce matin. Ça voyage bien, 20 minutes de l’université en bus, avec en prime les commentaires du chauffeur sur la natalité au Québec. Ma sage-femme est GÉ-NI-ALE! Au premier regard, je l’aimais déjà. Une femme « de la vieille école » comme elle dit. Une perle. Et moi, une personne qui me dit exactement ce que je veux entendre, ça fait toujours mon bonheur. On a surtout jasé, de moi. De ma vision de l’accouchement. Selon la grosseur de mon utérus, ma date présumée de conception serait la bonne. Évidemment, à 2 semaines près, il y a toujours place a l’erreur. Mais je ne veux pas d’écho de datation, malgré le risque d’accoucher à 38 semaines de grossesse réelles, alors que ma date prévue d’accouchement indiquerait 36. 36 semaines, ça signifie: prématuré, hôpital, gossage intense! Mais, je ne pense pas que je me trompe dans mes dates.
Or, donc, tout va bien côté bedondaine. Babe a pu entendre quelques secondes le doux son du coeur de Nano-Babe, mais il était plus intéressé à vider les armoires à la recherche de pot-à-pipi en plastique.
J’ai aussi commencé mon yoga prénatal hier soir. Joie et bonheur de relaxer. J’en ai bien besoin par les temps qui courent. J’ai l’impression de ne pas avoir le temps de me regarder pousser le nombril. On dirait que je ne profite de rien de cette grossesse, que je néglige mon beau Babe adoré. C’est ça les débuts de session, c’est toujours pareil et ça dure seulement deux mois, après je relaxe. Alors, le yoga est très bienvenu dans mon horaire, même si je dois y aller en courant en arrivant de travailler!
Alors voila les dernières nouvelles de mon petit bedon.

Un prénom

J’aime bien voir le visage des gens quand je leur dis le nom de mon fils. Il y a bien quelques « Ah! J’aime ça ». Mais généralement, les commentaires vont du silence total, à « Ah! bon! », « Ah ben, c’est original hein! », ou « Ehhh, ouin, ouin, c’est beau » tous agrémentés d’une paire d’yeux sortie de la tête, semblant dire: Pauvre ti-gars. Ça me fait rire, surtout considérant le fait que je trouve sûrement laid moi aussi le prénoms de leurs enfants. Je ne ferai pas la liste des pires prénoms sur terre pour ne froisser personne, mais disons que dans la liste des prénoms les plus populaires selon la RRQ, il y en a plusieurs que je considère comme étant des horreurs. Mon fils n’aura pas beaucoup d’amis qui porteront son prénom. Ils sont six nés en 2005 à le porter. Je ne voulais pas un prénom commun pour mon garçon, portant moi-même le prénom que 30% des filles de ma génération doivent porter, agrémenter d’un nom de famille tout aussi commun, sûrement pas loin de Tremblay dans la liste. Le prénom de mon fils n’est pas commun, non, du moins pas chez les moins de 55 ans. Mais ce n’est pas non plus une étrangeté ou une invention. Le prénom de mon fils, je l’aime, je l’adore. Ça été un coup de coeur immense. Nous voulions un prénom qui sonne résolument francophone, un prénom doux et pas trop courant. Le choix s’est imposé de lui-même quand nous l’avons vu, écrit dans les remerciements du livre « Pour une naissance heureuse » d’Isabelle Brabant. Restait à voir si le prénom allait bien aller avec le bébé, nous avions quelques choix en réserve, au cas. Le prénom de mon fils, il goûte le soleil, il sent la mer, il m’enivre comme le Pastis.
Mon fils, il a le plus beau des prénoms. Le prénom qui lui était destiné, celui qui lui colle à la peau.
Quoi, vous ne l’aimez pas le prénom de mon fils? Et bien, je m’en fiche!

Avantage collatéral

Les couches de coton, on dit que c’est écologique, doux pour les foufounes, économique. Mais il y a quelque chose que l’on ne dit pas, qu’on ne m’a jamais dit à moi et qui aurait suffit à me convaincre de me convertir plus tôt:

Une poubelle exempte de couches pleine de marde, esti que ça sent bon!!!

La vie, la vie…

Malgré tous nos souhaits, nos espérances, nos rêves, quand la vie décide du chemin quelle veut prendre, on a pas le choix que de faire avec…

Moi et mon chum avons un couple d’amis. Elle était enceinte, DPA dans 3 semaines. Elle était suivie par une sage-femme, voulait un accouchement naturel, comme moi, finalement. Elle a, elle aussi, une formation d’accompagnement à la naissance. On avait beaucoup de points communs de ce côté.

Message sur le répondeur hier soir: On est rendu trois appelez-nous, # de tél de l’hôpital. Oh-Oh… Problème. J’espérais que c’était seulement parce qu’elle était 3 semaines en avance et qu’il n’y avait pas de place à la maison de naissance, mais que tout avait bien été.

Je viens de lui parler pendant 40 minutes. Je ne la connais pas tant que ça, c’est surtout mon chum qui est ami du sien. Mais, on a pleuré toutes les deux au téléphone. Au lieu d’entendre de sa bouche les mots: accouchement naturel, bonheur, force, j’ai entendu les mots: haute pression, hôpital, retard de croissance inexpliqué, manque de liquide, déclenchement, coeur qui diminue, césarienne. Son bébé est en néo, branché de partout. Il va bien, en général, mais doit rester sous surveillance. Un jour à la fois, faut pas trop y penser, faut surtout pas trop penser aux « si » qui surgissent de partout.

Si je ne travaille pas trop tard aujourd’hui, on ira voir leur petit bonhomme, montrer à Babe son nouveau copain. J’ai hâte de les voir, de les serrer fort. Pour certaines, ce n’est pas la fin du monde une césarienne, pour d’autres ça l’est. Pour moi, ça l’aurait été. Pour elle, ça l’est aussi et je ne fais pas parti de ceux qui lui diront : Pas grave, t’as un bébé en santé »!! Surtout que ce n’est pas tout à fait le cas!

Elle m’a dit merci pour l’écoute, merci de m’avoir laisser me confier.
Si tu savais comment ça me fait plaisir.
Je reste là pour toi, mon amie, pour vous, mes amis.